Seule une entreprise Belge sur cinq est prête pour les formalités douanières après Brexit

Sur les 25.000 entreprises belges qui font du commerce avec le Royaume-Uni, 20.000 ne sont pas encore préparées aux formalités douanières que le Brexit menace d'entraîner. Il s'agit principalement de PME. Les douanes lanceront une nouvelle campagne d'information cette semaine. C'est urgent car le Royaume-Uni est un partenaire commercial important.

C'est l'incertitude concernant le Brexit après le rejet à une large majorité hier soir, par la Chambre des commune, de l'accord Brexit négocié par la Première ministre britannique Theresa May avec l'Union européenne.

A moins que les Britanniques n'annulent le Brexit dans les prochains jours, les entreprises belges commerçant avec le Royaume-Uni devront à l'avenir respecter leurs obligations douanières", déclare Alexander De Croo, ministre des finances démissionnaire (Open VLD).

Pour de nombreuses entreprises, cela fait plus de 25 ans qu'elles n'ont pas eu à s'occuper des formalités douanières. Les entreprises ont notamment besoin d'un numéro EORI pour Economic Operator Registration and Identification. Un numéro d'identification unique en matière douanière, obligatoire depuis le 1er janvier 2017 dans l'UE.. Sans ce numéro d'identification, aucune déclaration en douane ne peut être faite et aucune importation ou exportation n'est possible.

Mais sur les 25.000 entreprises belges qui font du commerce avec les Britanniques, seuls 20% d’entre elles ont déjà un numéro EORI.

"Les services douaniers ne sont pas les seuls à devoir se préparer pour le brexit, les entreprises doivent aussi se préparer", déclare le ministre De Croo. Et environ 20 000 entreprises ne sont pas encore prêtes.

"A la fin de cette semaine, ils ont reçu une lettre avec un numéro EORI officiel attribué par les douanes. Les entreprises ne doivent que nous faire savoir quelle personne est compétente pour l'entreprise.

Ce matin, le ministre De Croo s'entretiendra également avec les douanes et les entreprises pour s'assurer des préparatifs en cours. "Le Brexit est un tsunami pour le monde des affaires qui fait du commerce avec le Royaume-Uni. Les douanes font tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger les entreprises de ce tsunami en les informant et en les assistant dans l'accomplissement de leurs formalités douanières", déclare l'Administration générale des douanes et accises.