Theo Francken contredit l’Office des étrangers à propos du screening des candidats à un visa humanitaire

Invité à s’exprimer lors de l’émission dominicale de la VRT ‘De zevende dag’, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration a nié toute forme de clientélisme ou de favoritisme dans la délivrance des visas humanitaires. Theo Francken (N-VA) continue par ailleurs de contredire l’Office des étrangers, qui avait indiqué il y a quelques jours ne pas avoir dû contrôler, comme elle se doit de le faire, les demandeurs de visa humanitaire se trouvant sur la liste du cabinet Francken.

Le parquet mène actuellement une enquête dans le but de déterminer si le conseiller communal malinois de la N-VA, Melikan Kucam, a perçu de l’argent en échange de la délivrance de visas humanitaires. L’homme, actuellement sous mandat d’arrêt, avait fait parvenir au cabinet de l’ancien secrétaire d’Etat Theo Francken des listes de candidats. Selon les chiffres de l'Office des étrangers, 600 personnes sont arrivées en Belgique par ce biais, dont 200 par l'intermédiaire de Melikan Kucam.

Nous avions uniquement reçu l’instruction de délivrer les visas à ces personnes vulnérables, sans qu’un screening ait à nouveau lieu

Geert De Vulder, Office des étrangers

La semaine dernière, l’Office des étrangers avait indiqué que les personnes qui se trouvaient sur ces listes n’avaient pas été contrôlées. "Nous avions uniquement reçu l’instruction de délivrer les visas à ces personnes vulnérables, sans qu’un screening ait à nouveau lieu", avait précisé Geert De Vulder, de l’Office des étrangers. "Nous considérions que les profils étaient vérifiés par les collaborateurs du cabinet".

Des affirmation que Theo Francken nie : "Les choses ont fonctionné de façon standard dans mon cabinent. Il n’y a pas eu de traitement VIP sur les listes de Malines", a-t-il déclaré. "Ce qu’avance l’Office des étrangers n’est pas vrai, ce n’est pas correcte. Il faut bien faire attention de ne pas tout confondre, car je suis accusé de favoritisme et de clientélisme, ce que je n’apprécie guère. Je trouve cela même très dommageable. L’office des étrangers devra donc rectifier cela car ce n’est pas vrai", a-t-il encore lancé.

Aucun avis du commissariat-général n’a été demandé pour savoir si ces gens étaient effectivement vulnérables

Maggie De Block (Open VLD), secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration

D’après l’actuelle ministre en charge de l’Asile et la Migration, Maggie De Block (Open VLD), il y a bien eu des traitements de faveur. "C’est absolument le cas. Quand on sait que des listes étaient directement envoyées depuis le cabinet à l’Office des étrangers, pour des contrôles de sécurité insignifiants. Aucun avis du commissariat-général n’a été demandé pour savoir si ces gens étaient effectivement vulnérables", a-t-elle indiqué sur le plateau de la VRT.

Toutes les critiques de ces derniers jours reflètent un règlement de compte politique

Theo Francken (N-VA), ex-secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration

Theo Francken a tenu à souligné que son cabinent avait sauvé de très nombreuses vies. Il a assuré que le recours à des "corridors humanitaires" était la seule option pour "sauver des chrétiens des mains de IS, des barbares, des terroristes qui ont fait les atrocités incroyables".

L'ex-secrétaire d'Etat a aussi riposté en affirmant que les critiques dont il a fait l'objet au cours des derniers jours reflétait un "règlement de compte politique", dénonçant la "soif de sang" de ses détracteurs. "Cela ne sert qu'un agenda politique", a-t-il encore dénoncé.