Michaël Freilich sera candidat sur la liste N-VA à Anvers

Michaël Freilich, rédacteur en chef de la revue Joods Actueel a obtenu la cinquième place sur la liste de la N-VA d’Anvers en vue des élections législatives du 26 mai prochain. La tête de liste sera l’ancien ministre Jan Jambon et le chef de groupe N-VA à la Chambre Peter De Roover poussera la liste.

Le père de Michaël Freilich est un juif d'origine roumaine et sa mère est une juive d'origine hongroise. Il est le petit-fils de Louis Davids, l’ancien rédacteur en chef de l’hebdomadaire néerlandais-israélien Weekblad et président honoraire de Joods Actueel.

Michaël Freilich est le rédacteur en chef de Joods Actueel. Ce magazine défend la cause israélienne et réagit régulièrement pour dénoncer des actes d'antisémitisme. Michael Freilich a décidé de mettre fin immédiatement à sa fonction de rédacteur en chef. 

Michaël Freilich se dit très proche des idées de la N-VA.  "Le Pacte de Marrakech (de l’Onu sur les migrations ndlr.) a été pour moi le facteur décisif", a-t-il déclaré. "Je suis en faveur d’une migration contrôlée sur le modèle canadien et je crains que, avec Elio Di Rupo comme premier ministre, les portes ne s'ouvrent à nouveau largement. Je voudrais également parler de la menace persistante du terrorisme, car il n'est pas normal que des soldats soient encore nécessaires devant nos écoles. Mais je veux être le candidat de tous les membres du parti et de tous les Flamands et pas seulement un représentant de la communauté juive ", a-t-il souligné.

Michaël Freilich souligne également qu'il y a quelques années, Bart De Wever s'est excusé pour la collaboration d'une partie du mouvement flamand et que ce n'est plus un problème.

Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever se réjouit de ce ralliement. "La communauté juive est importante pour notre ville et elle a depuis longtemps un représentant au sein de notre conseil communal, mais nous apprécierions que quelqu'un se présente aussi au Parlement national, et ce pourrait être Michaël Freilich," ajoute Bart De Wever. "Dans le passé, nous avons souvent parlé de sujets de société et j'ai cherché avec lui certaines solutions, mais maintenant le jour est venu de traduire cela par un engagement politique concret, même si ce n'était pas évident".