Les entreprises étrangères ont investi un montant record en Flandre en 2018

C’est ce qui ressort des chiffres divulgués mardi par le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA). L'année dernière, les entreprises étrangères ont investi 4,24 milliards d'euros en Flandre : un record. "Notre atout ? La recherche et le développement", a précisé Geert Bourgeois.

Ce montant est deux fois plus élevé qu'en 2017 où les investissements étrangers plafonnaient à 2,08 milliards d'euros. Au total, 234 projets d'investissement ont été enregistrés, contre 215 l'année précédente. Du jamais vu. Cela a conduit à la création de 5.339 emplois directs, presque autant que le nombre record de 2017 (5.377). C'est principalement au secteur de la chimie que l'on doit ces importants investissements.

Les États-Unis restent le plus grand investisseur, avec quarante nouveaux projets d'investissement. Viennent ensuite les pays voisins, à savoir les Pays-Bas, la France et l'Allemagne.

Le Japon et la Chine occupent la cinquième place, suivis de la Suisse, du Royaume-Uni, de la Suède, de l'Afrique du Sud, du Danemark et de la Turquie.

Investissements étrangers dans la production mais aussi dans la recherche et le développement

La moitié des investissements étaient des projets totalement neufs. Les autres investissements étaient des expansions, fusions et acquisitions. En Flandre, les entreprises étrangères investissent principalement dans la production, mais aussi dans la recherche et le développement. La Flandre est également une région d'investissement populaire pour les investissements dans la vente et le marketing.

En terme d'emplois, le secteur de la logistique représentait près du tiers du nombre de nouveaux emplois, suivi de la production et des ventes et du marketing. Parmi les investissements importants en 2018, citons par exemple l'extension du site de Borealis à Kallo (Flandre orientale), d'une valeur d'un milliard d'euros, ou l'ouverture d'un nouveau centre de distribution de la société néo-zélandaise de logistique Mainfreight à Zwijnaarde (Flandre orientale), représentant cent nouveaux emplois.

"C'est une très bonne nouvelle. Ces chiffres prouvent que la Flandre est plus attrayante que jamais pour les investisseurs étrangers", a déclaré le ministre-président flamand, Geert Bourgeois.

Geert Bourgeois sera présent cette semaine au Forum économique à Davos (Suisse), précisément pour convaincre les investisseurs des atouts de la Flandre. "Malgré les difficultés politiques et économiques internationales telles que le Brexit et les conflits commerciaux, la Flandre continue d'attirer les investissements étrangers".

La Flandre est l'un des leaders de l'innovation en Europe.

Ces entreprises voient divers avantages en Flandre, ajoute Geert Bourgeois.

"Nous avons notre situation géographique bien sûr, nous avons notre port et une population très instruite. Comme j'y consacre plus de temps, je suis convaincu que c'est un atout important que d'investir autant dans la recherche et le développement. Aujourd'hui, la Flandre est l'un des leaders de l'innovation en Europe. Les grandes entreprises aiment venir ici en raison de la qualité de nos centres de recherche, avec lesquelles elles peuvent facilement collaborer".

A noter qu' en termes d'investissements étrangers, le Brexit dur à venir offre quelques opportunités, estime Geert Bourgeois. "Nous avons actuellement de nombreux contacts avec des entreprises américaines et asiatiques qui envisagent de venir s'installer sur le continent européen. S'ils prenaient cette décision, nous ferions bien sûr tout ce qui est en notre pouvoir pour les faire venir en Flandre".

Cette année a déjà été marquée par un bon départ dans les investissements étrangers. Le groupe chimique britannique Ineos a annoncé le 15 janvier dernier qu'il allait injecter trois milliards d'euros dans deux nouvelles usines du port d'Anvers. "Grâce à ce bon départ, mon successeur sera donc en mesure de produire des chiffres encore meilleurs, je pense. » a conclu Geert Bourgeois.

BELGA/WAEM