Pour la première fois, des requins "marcheurs" sont nés au zoo anversois

Le zoo d'Anvers compte trois nouveaux pensionnaires avec l'éclosion récente de bébés requins-chabot ocellés (photo). Surnommés requins "marcheurs", ces gros poissons se déplacent sur le fond marin à l'aide de leurs nageoires et peuvent même franchir de courtes langues de terre, par exemple entre deux marécages.

C'est la première fois que le parc anversois accueille des petits requins-chabot ocellés. Leurs parents n'ont commencé à pondre des œufs que récemment en aquarium et les ovocytes ont été pris d'assaut par les poissons globes. "Nous avons alors décidé de placer un mâle et deux femelles dans un aquarium séparé", explique un soigneur du zoo.

"Là, ils peuvent se reproduire tranquillement et pondre des œufs. Ceux-ci ont été à leur tour transférés dans un aquarium de réserve où ils ont continué à se développer pendant environ quatre mois. Avec succès, donc", sourit l'employé. Les petits ne mesurent pour le moment qu'une dizaine de centimètres.

Ils resteront dans leur bassin à l'écart des autres poissons jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour les rejoindre dans l'un des réservoirs dans la grande salle de l'Aquarium. Adultes, ils pourront atteindre la taille maximale de 110 cm.

Les requins "marcheurs" ne sont pas officiellement menacés et ne sont donc pas protégés. La pêche et la disparition des récifs coralliens met cependant leur population sous pression, souligne le zoo d’Anvers. Dans la nature, ces requins nocturnes vivent dans les eaux peu profondes des fonds côtiers tropicaux d'Australie et de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le zoo espère maintenant pouvoir élever encore davantage de jeunes requins marcheurs, afin de pouvoir en mettre quelques-uns dans l’aquarium visible au public.