Malgré les doutes, la Belgique a adressé ses félicitations à Félix Tshisekedi

La Belgique a envoyé ses félicitations au nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi. L’annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), à son arrivée à New York à une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l'ONU.

"Nous avons envoyé des félicitations au nouveau président. Bien sûr, nous avons de nombreux doutes sur le processus (électoral), mais le plus important maintenant est de voir s'il est possible que la politique change" en RDC, a affirmé Didier Reynders, évoquant l'engagement du président proclamé à libérer tous les prisonniers politiques.

"On verra dans les prochaines semaines, les prochains mois, si la manière de diriger le pays change en faveur de la population. C'est un pays très riche, notamment en ressources, mais tant de gens y vivent dans la pauvreté".

Le chef de la diplomatie belge a également insisté sur la nécessité de relancer de bonnes relations avec l'Union européenne, après l'expulsion de son ambassadeur à Kinshasa, le diplomate belge Bart Ouvry, peu avant le scrutin présidentiel.

Charles Michel souhaite plein succès au président Tshisekedi

De son côté, le Premier ministre Charles Michel a adressé samedi, au nom du gouvernement belge, ses voeux de réussite au nouveau président congolais Félix Tshisekedi, l'invitant à ne pas ignorer la volonté de changement exprimée par les Congolais.

"Les dernières semaines ont démontré la volonté de changement, de transparence et de démocratie de la population congolaise, que nul ne peut ignorer", écrit le Premier ministre dans un communiqué.

"Vu les doutes quant au déroulement du processus électoral, nous espérons que les prochaines semaines permettront d'avancer sur la voie de l'inclusivité, de la stabilité et du développement pour le bien de la population congolaise".

Le chef du gouvernement dit aussi espérer que les "liens forts" qui unissent Félix Tshisekedi à la Belgique -où il a vécu de nombreuses années- permettront de renforcer les relations entre les deux pays.

Ces relations s'étaient en effet passablement dégradées ces dernières années de la présidence de Joseph Kabila.