La Flandre pourrait ne pas atteindre les objectifs européens en matière d'émissions de gaz à effet de serre

Le gouvernement flamand aura du mal à atteindre les objectifs climatiques européens en matière d'émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. C'est ce qui ressort des derniers chiffres d'émissions qui ont été communiqués à la VRT.

Les gaz à effet de serre sont responsables du réchauffement climatique. La plupart d'entre eux sont libérés dans l'atmosphère par la combustion de combustibles fossiles comme le pétrole, le gaz naturel et le charbon.

Par exemple, les gaz à effet de serre sont émis lors de la production d'électricité (dans les centrales au charbon et au gaz) et lors des processus industriels dans les usines. L'industrie lourde et les producteurs d'électricité doivent participer au système européen d'échange de quotas d'émission. Ils recevront un paquet d'indemnités. S'il y arrivent, ils peuvent les vendre, et s'ils échouent ils doivent payer.

Les nouveaux chiffres ne tiennent pas compte des émissions de l'industrie lourde ni de la production d'électricité, qui sont réglementées au niveau européen.

Ce sont les émissions des voitures, le chauffage des maisons et des bâtiments et l'agriculture qui sont pris en compte dans ces données. La Flandre est compétente pour cela.

En 2017 - la dernière années pour laquelle nous disposons de données - la Flandre a émis 6% de moins de gaz à effet de serre qu'en 2005. Les émissions diminuent donc. Mais ces 6 % sont encore loin de la réduction de près de 16 % imposée par la Commission européenne.

Et pourtant, la Flandre s'approche de ses objectifs d'émissions.

Parce que le gouvernement flamand utilise les réserves du passé pour absorber les émissions excédentaires actuelles. Mais peut-être que la Flandre manque de réserves, ce qui rendra les choses encore bien plus difficiles pour le futur.
Pour la prochaine période et jusqu'en 2030, il sera encore plus difficile d’atteindre nos objectifs en matière d’émission de gaz à effet de serre, car d'ici là, la Flandre devrait émettre 35 % de moins, ce qui semble irréalisable.

Selon la plupart des climatologues, une limitation du réchauffement climatique à 1,5 degré n’est pas encore assez ambitieux.