Les Flamands perturbés par le bruit du trafic routier et par l’éclairage public

Un Flamand sur quatre est régulièrement réveillé la nuit à cause du trafic routier. Certains le sont même toutes les nuits. C’est le quotidien De Standaard qui publie ces chiffres sur base d’une enquête des autorités flamandes sur l'environnement et le mode de vie. Plus de 5.000 Flamands ont été interrogés sur l’effet des nuisances sonores, lumineuses et olfactives sur leur vie quotidienne. De nombreux Flamands estiment qu’il faudrait aussi baisser l’éclairage public la nuit sur nos routes.

Le trafic routier est l'une des principales sources des nuisances sonores. Un Flamand sur quatre est régulièrement réveillé la nuit- parfois même toutes les nuits – à cause du bruit de la circulation routière. C'est ce qu'atteste l’enquête du Département de l'environnement du Gouvernement flamand. Depuis 2001, cette enquête sur les nuisances environnementales s'intéresse à la manière dont les Flamands vivent dans leur quartier.

Mais les Flamands ne sont pas seulement gênés par le bruit de la circulation routière. Le bruit du trafic aérien semble également être une source importante de nuisances pour de nombreuses personnes. Et juste après le trafic routier c’est - pour 17% des personnes interrogées- le bruit des voisins qui provoque le plus de nuisances sonores.

"Cela constitue une rupture avec la tendance de ces dernières années", souligne Dick Botteldooren, professeur de politique environnementale à l'université de Gand (UGent). "Dans les rapports précédents, il y avait toujours une diminution, or dans le dernier rapport, la pollution sonore a de nouveau augmenté. Qu'est-ce qui aurait pu changer alors ? "Y a-t-il eu effectivement une augmentation du trafic routier ou est-ce la perception des gens qui a changé? Ou peut-être qu'après quelques décennies, nous avons tendance à accorder plus d'attention à la circulation et à ses effets négatifs ?" s'interroge le professeur.

Et à côté des nuisances sonores, il y a aussi les nuisances provoquées par l’éclairage public. Bien qu'un plus grand nombre de Flamands qu'en 2001 -environ trois Flamands sur quatre- soient satisfaits de la qualité de vie dans leur quartier, 7% des personnes interrogées, dans le dernier rapport, indiquent qu'elles sont également gênées dans leur vie quotidienne par la pollution lumineuse. Par exemple, par la lumière de nos routes locales et régionales et de nos parkings, ce qui les empêche que leur chambre à coucher soit plongée dans d'obscurcir la nuit.

Enfin, 15% des personnes interrogées se plaignent également de nuisances olfactives dans leur vie quotidienne. Par exemple la fumée qui sort des cheminées. Environ 10% des personnes interrogées en souffrent. En 2004, ce chiffre n'était que de 4%. Les émissions des voitures, les activités des voisins, les activités agricoles et industrielles causent également des nuisances olfactives.