La grève scolaire pour le climat s’étend aux élèves de l’enseignement primaire

Alors que la quatrième édition de Youth for Climate se tient ce jeudi à Bruxelles, plus de 3.500 enfants munis de pancartes et de banderoles se sont parallèlement réunis dans le centre de Louvain. Pas moins de 27 établissements de l’enseignement primaire participent à ce rassemblement, organisé à la demande insistante des écoliers.

"Le thème du climat prenait de plus en plus de de place dans nos classes. Les enfants exprimaient leur envie d’aller à Bruxelles, mais ils sont en fait encore un peu trop jeunes. Ils ont donc eu l’idée d’organiser leur propre action pour le climat à Louvain ", explique l’une des institutrices au micro de la VRT. "Les élèves ont réalisé un petit film de promotion et des affiches que nous avons diffusés. Beaucoup d’enfants semblent y avoir répondu positivement", souligne-t-elle encore.

Les écoliers ont pu interroger le bourgmestre de Louvain, Mohamed Ridouani (SP.A), et l’échevin de l’enseignement. "Louvain fait déjà beaucoup contre le réchauffement climatique, à travers des mesures concernant le trafic, l’isolation des habitations ou encore la mise en place d’espaces verts. Mais ce n’est pas suffisant ", a déclaré Mohamed Ridouani. "Nous allons vous écouter pour faire encore mieux. Louvain veut en effet être un exemple en la matière", a-t-il précisé.

Quatrième édition à Bruxelles

Environ 12.500 jeunes ont pris part, dans la capitale, à la quatrième édition des jeudis pour le climat, d’après les derniers chiffres de la police. Près de 15.000 étudiants ont également manifesté dans les rues de Liège.

Tôt ce jeudi, entre 80 et 100 jeunes se sont par ailleurs rendus au domicile de Marie Christine Marghem à Tournai afin de manifester pour le climat. Aucun dialogue ne s'est instauré entre les manifestants et la ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable.