Un groupe de réflexion sur le climat voit le jour en Flandre à la demande d’Anuna De Wever

Un nouveau groupe de réflexion a été lancé ce jeudi en Flandre. Son objectif sera de cerner la problématique liée au climat pour y apporter des réponses concrètes. Le ‘think tank’ rassemblera un maximum d’experts et d’académiques. Il a été présenté ce jeudi sur les ondes de Studio Brussel ( VRT) par l’architecte du gouvernement flamand (Vlaams Bouwmeester), Leo Van Broeck. Ce dernier avait été contacté par Anuna De Wever, l’une des initiatrices de Youth for Climate, qui lui a demandé la mise en place de cette cellule.

En Flandre, la mission du ‘Bouwmeester’ est de promouvoir la qualité architecturale de l’environnement bâti. L’architecte du gouvernement flamand contribue aussi à construire une vision et une réflexion, axées sur les initiatives interdisciplinaires et intersectorielles. Il intervient en outre comme conseiller pour l’ensemble du gouvernement flamand.

Au micro de Studio Brussel( VRT), Leo Van Broeck a expliqué avoir été contacté par Anuna De Wever. Cette dernière lui a demandé la mise en place d’un ‘think tank’ sur le climat. "Le groupe de réflexion devra avant tout cerner les problèmes. La question du climat n’est pas limitée au réchauffement, à l’énergie ou au CO2", explique-t-il.

"La nature est en train de disparaître, il y a un problème de surpopulation, notre économie a besoin de beaucoup de matières premières, et produit énormément de déchets. Comment devons-nous repenser ce système sans que l’on en pâtisse financièrement, et sans que notre écosystème ne soit détruit ? Ces questions impliquent un travail de réflexion scientifique très vaste", souligne Leo Van Broeck.

Sans idéologie

Concrètement, l’idée serait de rassembler un large groupe principalement constitué d’académique et d’experts. "Pas d’idéologues", précise Leo Van Broeck. "Nous ne voulons pas non plus de polarisation, mais bien une forme apaisée de réflexion ouverte sur la manière dont nous pouvons aider les politiques à faire encore mieux".

D’après Leo Van Broeck, l’objectif final serait de gagner du terrain, le plus vite possible, et de préférence avec un impact financier le plus positif possible en vue d’éviter tout appauvrissement de la population. "C’est un travail de réflexion complexe qui implique non seulement une amélioration de nos technologies, mais aussi de l’intégralité de notre système".

Notons que ce jeudi, plus de 3.400 membres du monde académique ont appelé les différents gouvernements du pays à se montrer d’urgence plus ambitieux dans leurs politiques climatiques. Dans une lettre ouverte, publiée dans les quotidien De Morgen et La Dernière Heure, ils ont également exprimé leur soutien aux jeunes qui mènent une grève scolaire en faveur du climat.