Groen exige la démission de Joke Schauvliege : "Cette fois la coupe est pleine"

Groen demande la démission de Joke Schauvliege (CD&V), la ministre flamande de l'Environnement en pleine tempête pour avoir remis en cause la spontanéité des manifestations des jeunes pour le climat et avoir menti sur des déclarations que lui aurait faites la Sûreté de l'État.

Pour Groen, la coupe est pleine. Cette ministre peut difficilement exercer en toute confiance dans une position aussi cruciale que la sienne", a pointé Björn Rzoska. Les écologistes flamands dans l'opposition au Parlement flamand déposeront une motion de méfiance mercredi au parlement.

"C'est hallucinant", estime encore Björn Rzoska. "Les gens qui manifestent dans la rue sont des citoyens sincères. La ministre Schauvliege les rend suspects et traîne leur engagement dans la boue. De plus, elle abuse de la crédibilité de la Sûreté de l'Etat pour renforcer son point de vue. Comment croire encore cette ministre à l'avenir ? Par ces mensonges, elle mine également la crédibilité du gouvernement flamand".

De son côté l'association pour la défense de l'environnement Greenpeace déplore que la ministre flamande ait "criminalisé" les manifestants contre le réchauffement climatique.

"Joke Schauvliege s'est excusée et ça n'arrive pas souvent en politique. Nous allons maintenant continuer à discuter au sein du parti", a affirmé mardi midi le président du CD&V, Wouter Beke.

"C'est un petit dérapage pour lequel des excuses ont été présentées", a de son côté estimé le vice-Premier ministre Kris Peeters (CD&V). Selon ce dernier, il convient toutefois de faire preuve de respect vis-à-vis de ceux qui se mobilisent pour le climat et qui formulent des propositions