La marche hebdomadaire pour le climat a rassemblé 10.000 jeunes à Louvain

Youth For Climate, le collectif qui organise les marches pour le climat depuis plusieurs jeudis - jusqu'ici à Bruxelles - avait cette fois appelé à manifester dans la ville universitaire brabançonne flamande de Louvain (photo). Plus de 10.000 personnes s'y sont rassemblées, d'après la police louvaniste, à la grande satisfaction des organisateurs. D'autres rassemblements et initiatives ont également eu lieu à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie, avec plus de 7.000 personnes.

Anuna De Wever et Kyra Gantois, les initiatrices du mouvement citoyen Youth for Climate, étaient présentes à Louvain aux côtés des porte-paroles de KlimaLeuven, organisateur de la manifestation dans la cité universitaire.

Le bourgmestre Mohamed Ridouani (SP.A) et l'échevin en charge de l'Environnement David Dessers (Groen) étaient également présents. Ridouani (photo ci-dessous) a pris la parole avant que le cortège de 10.000 participants ne quitte la Place Ladeuze, vers 13h30.  Il a souligné que se tenait ce jeudi "la plus grande manifestation ayant jamais parcouru Louvain". Le maïeur s'est dit très fier de cet engagement des jeunes face aux défis liés au réchauffement climatique.

"Nous sommes déjà investis dans l'environnement à Louvain, avec l'ASBL Leuven2030, mais nous voulons faire encore mieux", a-t-il lancé aux manifestants. Leuven2030, formellement lancée en 2013, est l'initiative locale visant une "ville neutre" pour le climat d'ici 2030, notamment via une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre. "Je vous promets de défendre, là où je vais, vos exigences", a résumé le bourgmestre.

La police de Louvain n’est pas habituée à ce genre de grand rassemblement, mais s’y était bien préparée. "De bons accords ont été passés avec toutes les écoles de la ville qui y participent. Il devrait aussi y avoir des étudiants et même des grands-parents de l’organisation OKRA", indiquait ce jeudi matin Mark Vranckx, porte-parole de la police louvaniste.

Toutes les écoles secondaires de Louvain soutenaient la marche et avaient accordé un congé à leurs élèves. La Grand-Place et la Bondgenotenlaan ont été  fermés à la circulation, y compris les bus, précisait la police locale.  La marche s'est déroulée sans incident. 

Initiatives dans d’autres villes du pays

L'essentiel de la mobilisation de ce jeudi avait lieu en Flandre, puisque des actions se sont également déroulées à Anvers, Courtrai (Flandre occidentale) et Hasselt (Limbourg). 

Dans la métropole anversoise, ce sont 600 jeunes qui se sont rassemblés en matinée et ont marché depuis l'opéra jusqu'à la Place Verte.  A Courtrai, 1.000 jeunes étaient présents. Ils ont fait le tour de la ville avant de s'arrêter devant la maison communale.  Et à Hasselt, entre 500 et 600 activistes sont descendus en rue, depuis la Grand-Place.  

La police bruxelloise s'attendait aussi à un rassemblement dans la capitale. Les 5.000 jeunes qui étaient finalement présents ont suivi le même trajet que lors des autres marches, depuis la gare de Bruxelles-Nord pour finir à la gare du Midi. C'était la quatrième semaine d'affilée que des jeunes se mobilisaient par milliers dans la capitale. 

Deux étudiantes de l'Université de Mons ont également lancé un appel via Facebook pour observer un sit-in pour le climat sur le campus de l'UMons, à la plaine de Nimy, entre 11h et 13h. Une autre manifestation de 500 élèves avait lieu à 12h50 à Herve, au Collège royal Marie-Thérèse, tandis qu'un rassemblement était organisé place Léopold à Arlon à 13h par les élèves de l'Institut Sainte-Marie. Les jeunes voulaient se rendre devant les principales écoles de la ville dans le cadre d'un parcours élaboré avec l'école, le bourgmestre et la police.

Enfin à Liège, des élèves du secondaire prévoyaient après leur journée de cours, à 16h, de ramasser les déchets et de déposer des sacs poubelles devant l'hôtel de ville. Quelque 250 autres se sont rassemblés sur le temps de midi en face de cet hôtel de ville. 

Marche pour le climat à Courtrai, avec un millier de jeunes
Quelque 5.000 jeunes se sont retrouvés à Bruxelles