Pour Wouter Beke, "le débat sur le climat a été détourné par l’extrême gauche"

Le président du CD&V, Wouter Beke, souhaite renforcer les liens de son parti avec la formation francophone CDH. C’est en tous cas ce qu’il a laissé entendre dans des entretiens parus dans plusieurs quotidiens samedi. "Je souhaite que le CD&V et le CDH participent au futur gouvernement", a-t-il affirmé dans La Libre Belgique. Dans une autre interview, accordée au journal flamand De Morgen, Wouter Beke est également revenu sur la démission de la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V). "Le débat sur le climat a été détourné par l’extrême gauche", a-t-il notamment avancé.

Au sud du pays, l'arrivée de Maxime Prévot à la tête du CDH - le parti frère du CD&V - est pour Wouter Beke l'occasion de resserrer les liens de la famille démocrate-chrétienne. "Je veux que la famille démocrate-chrétienne soit plus forte. C'était déjà mon souhait en 2014. Je voulais construire une majorité avec le CDH. Nous voilà en 2019 et je souhaite que la famille CD&V et CDH participe au futur gouvernement fédéral", assure Wouter Beke dans La Libre Belgique.

"Aujourd'hui, si cela dépend de moi, j'aimerais beaucoup avoir le CDH à la table des négociations en 2019", confie-t-il encore dans L'Echo. Le président du parti chrétien démocrate flamand affirme entretenir une "relation chaleureuse et très amicale" avec Maxime Prévot dont il salue le travail au mayorat de Namur.

Wouter Beke ajoute dans La Libre Belgique qu'il compte prendre des initiatives concrètes pour renforcer l'axe CDH/CD&V et que "Maxime Prévot devrait faire de même". Toutefois, le président du parti ne croit pas à la refédéralisation et précise que le CD&V veut renforcer les compétences des Régions "dans l'idée d'une meilleure collaboration".

"Le débat sur le climat a été détourné par l’extrême gauche"

Dans une autre interview, accordée au journal flamand De Morgen, Wouter Beke est revenu sur la démission de la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V), la semaine dernière. Elle avait alors été poussée vers la porte de sortie après avoir déclaré que les actions récentes en faveur du climat étaient téléguidées par des organisations environnementales qui voulaient faire payer au CD&V son soutien aux grandes manifestations agricoles ayant conduit, à l'époque, à la démission de Vera Dua (Agalev/Groen). "On me l'a aussi dit à la Sûreté de l'État", avait-elle assuré, avant de faire machine arrière le lendemain.

"Je ne crois pas aux théories du complot", a indiqué le président du CD&V au Morgen. "Mais le détournement du débat climatique par l’extrême gauche est évident. Ce n’est d’ailleurs un secret pour personne qu’Anuna De Wever (l’initiatrice de Youth4Climate, NDLR), est conseillée par Greenpeace lors de ses apparitions à la télé", ajoute-t-il.

Wouter Beke fait notamment le parallèle avec un autre thème dominant de ces derniers mois. "Tout comme le débat sur la migration est détourné par l’extrême droite, et par Schild & Vrienden et consorts, le débat sur le climat est détourné par le PTB. Et ce n’est pas innocent", prévient-il.