Le célèbre chef Yotam Ottolenghi fait des heureux à Anvers et à Gand

Le chef israélo-britannique Yotam Ottolenghi, véritable "gourou" planétaire de l’art culinaire, est en Belgique. Après un workshop ouvert à 40 chanceux dans une célèbre librairie anversoise, il donnera une grande conférence au Vooruit de Gand.

Yotam Ottolenghi est l’auteur de nombreux best-sellers de recettes de cuisines, parmi lesquels "Jerusalem", co-écrit avec un chef palestinien, ou encore "Plenty", et plus récemment "Simple", voué, comme son nom l’indique, à proposer des plats faciles et accessibles à tous.

C’est précisément ce dernier ouvrage que le célèbre chef est venu promouvoir à Anvers. Il a à cette occasion organisé une démonstration culinaire, à laquelle 40 personnes ont pu participer. Ces dernières pouvaient s’estimer chanceuses : les places avaient en effet été vendues en deux temps trois mouvements.

Même succès ce lundi soir pour la conférence de Yotam Ottolenghi au Vooruit. Les 700 places ont toutes été réservées en l’espace de… 8 minutes. Un record pour la salle gantoise.

Une obsession religieuse pour les légumes

Yotam Ottolenghi est réputé pour le choix de ses ingrédients, fortement inspirés du Moyen-Orient. On retrouve dans ses recettes de la mélasse de grenade, des pignons, ou encore du zaatar (thym oriental). Le chef cuisinier est également connu pour avoir redonner un place de choix aux légumes. Sur internet, il est aujourd’hui suivi par des millions de personnes à travers le monde.

Dans une interview accordée à VRT NWS, il avoue ne pas connaître concrètement les raisons de son succès. "Je crois que la nourriture parle d’elle-même, et j’y passe tout mon temps et toute mon énergie créative", souligne-t-il. "Cette passion est ma manière de communiquer, et de me retrouver sur la table à manger des gens".

Si Yotam Ottolenghi ne se définit pas comme un gourou de la cuisine, il admet que ses recettes ont un réel impact auprès des amateurs de bons plats. "Mon obsession quasi religieuse pour les légumes a, je crois, contaminé le monde", raconte-t-il le sourire en coin. "Mais c’est sans doute une combinaison de différentes choses qui font que je me trouve là où je suis".