ISOPIX

La grève nationale ne devrait épargner aucun secteur mercredi

Skeyes, le gestionnaire du trafic aérien, se voit contraint de ne pas autoriser le trafic aérien au-dessus de la Belgique entre mardi 12 février 22h et mercredi 13 février 22h. Transports en commun, ports, collecte des déchets, entreprises, poste, hôpitaux, zonings ou centres commerciaux seront également touchés par la grève nationale. Cette vaste mobilisation fait suite à l'échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020.

"Malgré tous les efforts déployés par la direction de Skeyes, l'entreprise n'a pas une connaissance suffisante de l'occupation en personnel pendant la grève nationale six heures avant le début de l'action qui démarre ce soir. Les employés de Skeyes ne doivent pas divulguer leur intention de travailler ou pas pendant des actions syndicales", précise skeyes.
"Compte tenu de la grande incertitude quant à l'occupation de certains postes cruciaux dans les services opérationnels, cette garantie ne peut être donnée qu'en n'autorisant pas le trafic aérien", poursuit Skeyes.
L'aéroport de Charleroi avait décidé de ne pas ouvrir mercredi en raison de la grève. Les autres aéroports belges, qui allaient fonctionner au ralenti seront donc paralysés par l'interruption du trafic aérien.
 

La Belgique tournera au ralenti ce mercredi

La Belgique s'apprête à tourner au ralenti ce mercredi 13 février en raison de la grève nationale qui n'épargnera aucun secteur. Transports en commun, ports, collecte des déchets, entreprises, poste, hôpitaux, zonings ou centres commerciaux seront touchés par la grève nationale. Cette vaste mobilisation fait suite à l'échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020.

Dans les transports publics, l'appel à la grève a été lancée par le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB à la SNCB, dans les TEC, à la STIB et De Lijn. De fortes perturbations de divers degrés sont attendues sur tous les réseaux.

Le rail sera paralysé mardi dès 22h00 jusque mercredi 22h00. La SNCB mettra en œuvre un service minimum. La société des chemins de fer s'attend donc à ce que la moitié des trains roulent malgré la grogne.

En revanche, le trafic ferroviaire international ne devrait pas être trop touché par la grève. Thalys a prévu une seule annulation entre Bruxelles et Paris alors qu'Eurostar ne s'attend pas à des problèmes majeurs pour les passagers devant se rendre en Angleterre. Seules les personnes voyageant en Eurostar vers la France (Lille ou Calais) devront revoir leurs plans en raison de la fermeture du terminal "intra-Schengen" en gare de Bruxelles-Midi. Il s'agit d'une minorité de passagers.

L'appel à la grève a aussi été lancé dans les ports. A Anvers, le mouvement syndical devrait avoir un impact considérable avec des pertes de plusieurs millions d'euros. Le port de Gand (Flandre orientale) sera quasiment paralysé par la grève.

L'Union belge du transport (UBT) a appelé les chauffeurs de bus, routiers, taximen, déménageurs à rejoindre le mouvement.

Les zonings industriels et centres commerciaux ne seront pas épargnés par la grève avec blocages de ronds-points et fermetures d'entreprises. De nombreux piquets de grève seront installés devant des entreprises un peu partout dans le pays.

Les administrations locales et régionales - parmi lesquelles les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux et les intercommunales - ne seront pas en reste et prendront également part au mouvement.

Pour la police intégrée, la CGSP et la CSC ont aussi appelé à la grève.
La distribution du courrier sera, elle aussi, perturbée, tout comme la collecte des déchets. Certains recyparcs devraient aussi rester portes closes.

La grève sera aussi couverte dans l'enseignement, même si aucun appel à la grève n'a été officiellement lancé. L'accueil se déroulera normalement dans les écoles.

Enfin, les hôpitaux seront aussi touchés à divers degrés par la grève. Selon les institutions, il y aura soit un service minimum (salles d'opération pour urgences, polyclinique fermée, etc.), soit un service limité (au cas par cas par les services).

Pourquoi la grève ?

Cette mobilisation fait suite à l'échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Le Conseil central de l'Économie a fixé à 0,8% la marge de progression salariale en plus de l'indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

La dernière grève générale qu'ait connue la Belgique remonte à décembre 2014. Les syndicats étaient alors en rogne contre les mesures prévues par le gouvernement Michel. Mercredi, ils s'en prendront aux employeurs du secteur privé, même si les organisations syndicales du secteur public se joindront également à la grève par solidarité.

 

Jasper Jacobs
Belga - Archiefbeeld