HDW

Nouveau record : les écoles attendent près de 3 milliards d’euros pour rénover ou bâtir

Quelque 1.826 directions d’écoles néerlandophones attendent actuellement un montant total de 2,97 milliards d’euros pour pouvoir rénover leur établissement ou construire. La liste d’attente a ainsi atteint un nouveau record, indique le quotidien De Tijd. Cela s’explique par des années d’investissements trop restreints dans les écoles, mais aussi par la croissance annuelle du nombre d’élèves.

Beaucoup d’écoles en Flandre sont installées dans de vieux bâtiments. Plus de 60% d’entre eux ont été construits dans les années 1970. A cela vient s’ajouter un nombre sans cesse croissant d’élèves, surtout dans l’enseignement secondaire. Beaucoup d’établissements scolaires doivent donc entreprendre des travaux de rénovation et sont en même temps à la recherche d’espace supplémentaire.

A l’heure actuelle, près de 2.000 écoles néerlandophones attendent près de 3 milliards d’euros au total pour pouvoir lancer les travaux. C’est ce qu’indique le rapport annuel de l’Agence flamande pour l’infrastructure dans l’enseignement (Agion). Jamais ce montant n’avait encore été aussi élevé.

A cela s’ajoutent les besoins de l’enseignement communautaire. Ses écoles auraient besoin de 245 millions d’euros par an pour l’entretien des bâtiments.

"Déjà de nombreux investissements "

Mais le gouvernement flamand déclare faire déjà tout ce qui est en son pouvoir pour réduire la liste d’attente. "Il règne actuellement une véritable rage de construire", indique la ministre régionale de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V). "C’est une bonne chose évidemment, mais nous ne pouvons que distribuer les budgets que nous possédons".

Une mesure du gouvernement serait aussi responsable de la demande de beaucoup d’écoles de bâtir ou rénover. Il a en effet décidé que la TVA pour la construction d’écoles pouvait passer de 21 à 6%. Les travaux en deviennent ainsi moins lourds à porter pour les établissements scolaires.

La mesure semble donc avoir porté ses fruits. "Nous avons pour près de 2,6 milliards d’euros de marchés publics en cours", indique la ministre de l’Enseignement (photo). "Ce montant n’a jamais été aussi élevé. Il devient facile pour les écoles d’introduire une demande. Mais il y a d’autres solutions possibles. Les écoles peuvent ainsi collaborer avec le secteur privé ou solliciter des subsides à la location si elles veulent construire plus rapidement".

Le problème des écoles vieillies ne sera pas résolu du jour au lendemain en Flandre. "J’ai fait faire un inventaire du patrimoine des écoles en Flandre", précise Hilde Crevits. "On y voit qu’il faudra encore de nombreux nouveaux bâtiments ou des transformations à l’avenir. Les budgets ont déjà augmenté, mais devront rester élevés à l’avenir. Il reviendra au prochain gouvernement flamand d’en décider".