11.000 écoliers, étudiants du supérieur et grands-parents ont manifesté à Bruxelles pour le climat

Les élèves du secondaire qui manifestaient pour la sixième semaine d'affilée pour réclamer des politiques climatiques ambitieuses recevaient ce jeudi le renfort des étudiants du supérieur, mais aussi de grands-parents. D'après la police de Bruxelles, il y avait environ 11.000 participants à la marche hebdomadaire. Comme lors des éditions précédentes, l'enthousiasme des jeunes est grand. Le cortège est parti vers 11h de la Gare du Nord pour rejoindre la Gare du Midi, où les jeunes se sont dispersés vers 13h. La militante Greta Thunberg sera à Bruxelles jeudi prochain, pour soutenir les jeunes Belges dans leur action. 

"Le rendez-vous est donné à Bruxelles pour tout le monde", indiquait la coordinatrice francophone du mouvement "Youth For Climate", Adélaïde Charlier. La semaine dernière, l'action principale s'était déroulée à Louvain (Brabant flamand), où quelque 10.000 marcheurs avaient pris part à la cinquième mobilisation des élèves du secondaire.

Des actions décentralisées avaient également eu lieu dans d'autres villes flamandes ainsi qu'à Bruxelles, Liège, Mons et Arlon, notamment. Ce jeudi, les étudiants du supérieur ont tenu à gonfler les rangs des élèves à l'appel de "Students for climate", un réseau créé sur Facebook, subdivisé en plus petits groupes représentant les diverses communautés estudiantines.

Si les élèves réclament des politiques climatiques ambitieuses, les étudiants entendent pousser la réflexion plus loin. "Dès la semaine prochaine, nous lancerons de grandes assemblées étudiantes dans les villes universitaires pour créer un débat de fond à propos de la crise climatique et parvenir ensemble à des revendications concrètes pour le mouvement", indique Bakou Mertens, à l'origine du réseau.

Les manifestations des jeunes sont soutenues dans la plupart des universités, qui feront preuve de souplesse à l'égard des participants, ont-elles souligné. Dans de nombreux établissements, des aménagements ont été prévus de sorte que les étudiants ne seront pas pénalisés pour leur absence aux cours.

"Une dynamique incroyable"

Des multiples banderoles et pancartes décoraient le cortège. Nombreuses sont celles qui dénotaient une créativité certaine pour porter leurs messages. Dans les slogans sont entendus le désormais classique "On est plus chauds que le climat" et celui moins usité "This is what democracy looks like".

"Les étudiants sont présents massivement et c'est assez incroyable de voir une dynamique pareille à Bruxelles", commentait Bakou Mertens, initiateur de StudentsForClimate. "On entend qu'une partie de la marche commence à arriver alors que nous, on vient seulement de dépasser Rogier. C'est impressionnant. Les étudiants sont là aujourd'hui pour dire qu'ils soutiennent les écoliers à 100% pour réclamer une politique climatique ambitieuse et sociale. Cette dynamique incroyable et historique va se poursuivre dans les semaines à venir."

Greta Thunberg rejoindra les jeunes Belges jeudi prochain

L'adolescente suédoise Greta Thunberg (photo), devenue en quelques semaines une figure mondiale du militantisme pour le climat, se rendra à Bruxelles le 21 février pour soutenir les jeunes participants à la marche pour le climat. C'est ce qu'a annoncé ce jeudi le mouvement Youth for Climate lors de l'arrivée du cortège à la gare de Bruxelles-Midi.

Anuna De Wever et Kyra Gantois se sont fortement inspirées de Greta Thunberg pour lancer Youth for Climate. Cette jeune Suédoise a entamé une "grève scolaire" en août 2018 pour aller protester chaque semaine devant le parlement de son pays.

"Je suis ravie qu'elle vienne en Belgique et de pouvoir la rencontrer, car elle est notre source d'inspiration. Nous avons déjà parlé ensemble sur Skype et elle m'a dit être très reconnaissante du fait que nous ayons lancé les marches en Europe", a déclaré Anuna De Wever.

Le 21 février, septième jeudi pour le climat, celle-ci se rendra avec Greta Thunberg pour la première fois au Parlement européen afin de prononcer un discours notamment devant le président de la Commission Jean-Claude Juncker. "Tout le monde me dit chaque semaine que le mouvement va s'estomper. Mais nous sommes toujours là, pour la sixième fois de suite. Je suis déçue des politiques car ils ne proposent toujours aucune initiative et n'entreprennent aucune action", ajoutait Anuna De Wever (17 ans).