Les syndicats déposent un préavis de grève chez De Lijn

Alors que la grève nationale de 24 heures - qui a notamment affecté les transports en commun en Flandre - prenait fin mercredi soir, les syndicats ont déposé en front commun un préavis de grève pour protester contre la gestion du personnel au sein de la société régionale flamande de transports en commun De Lijn. Ce préavis vaut pour toutes les entités de la société.

Le préavis de grève est une conséquence "du malaise actuel chez De Lijn et de la grande indignation de bon nombre de membres du personnel sur la politique du personnel et sur le manque de respect pour le dialogue social", justifient les syndicats dans une lettre envoyée mercredi soir au directeur-général Roger Kesteloot.

D’après les syndicats, la direction donne l’impression au personnel et ses représentants d’opter plutôt pour le conflit que la recherche d’une solution, sans que la concertation sociale soit encore possible. "Dans n’importe quelle entité, les gens sont régulièrement mis devant un fait accompli. Le management jette sans cesse de l’huile sur le feu. La coupe est pleine pour nos membres", indiquent les syndicats.

La direction a trois jours ouvrables pour tenter une conciliation, précise Rita Coeck du syndicat socialiste Acod. Depuis la semaine dernière, la circulation des bus De Lijn est fortement perturbée dans le Limbourg en raison d'actions dans la province. Mais le mécontentement est "général" et "à la longue, il ne peut plus être canalisé", d'après Rita Coeck.

Dans une réaction, le porte-parole de De Lijn déclare que c’est l’Acod qui cherche le conflit. "Cela dure depuis des mois, depuis l’approbation de la réorganisation avant l’été. La direction a continué à faire des propositions et à appeler au dialogue", concluait Tom Van de Vreken.

Les plus consultés