Un nombre record de Flamands font du sport régulièrement

Si l’on en croit l’enquête annuelle menée par l’Université catholique de Louvain (Brabant flamand), jamais auparavant autant de citoyens n’avaient pratiqué du sport en Flandre. Deux tiers des Flamands déclarent en effet s’adonner à une activité sportive plusieurs fois par mois. Ce sont avant tout les seniors qui s’y mettent plus fréquemment qu’auparavant. Le vélo reste le sport le plus couramment pratiqué en Flandre, talonné par la marche à pied.

L’enquête dirigée par le sociologue du sport, le professeur Jeroen Scheerder, a été soumise comme chaque année à 1.500 adultes. Il en ressort que 62,6% des personnes questionnées en 2018 pratiquent du sport plusieurs fois par mois. En comparaison, elles étaient 49,6% à faire du sport régulièrement en 2013. Le sport et le mouvement semblent donc avoir la cote.

Mais c’est avant tout le sport que l’on pratique seul qui séduit les Flamands. Faire du vélo (32%) et la marche (30%) sont les plus populaires, suivis par la course à pied (14%), le fitness (10%) et la natation (10%). Autant de sports pour lesquels il ne faut pas rassembler une équipe et qui peuvent donc se pratiquer aux heures qui arrangent chacun, seul ou en groupe, à l’endroit qui vous plait.

Le football (4%), le tennis (3%) et la danse (2%) suivent la natation au palmarès des sports les plus populaires en Flandre. On constatera aussi que le yoga a fait son entrée dans le top 10 de ce palmarès. Environ 1,8% des Flamands qui font du sport s’y adonnent.

Tous les âges sont actifs

Un tiers des Flamands âgés de plus de 75 ans indique faire du sport plusieurs fois par mois. Les nouveaux seniors restent donc plus actifs qu’il y a quelques années encore.

Mais "une augmentation de l’activité sportive se constate dans toutes les tranches d’âge et sous-groupes", précise le professeur en sociologie du sport de l’Université catholique de Louvain, Jeroen Scheerder. "Les jeunes font davantage de sport que par le passé, les hommes et les femmes s’y adonnent plus souvent qu’avant, et les clubs de sport voient le nombre de leurs membres augmenter".

Bien que le nombre de "sportifs" augmente dans toutes les tranches d’âge et toutes les classes sociales, des changements sont encore nécessaires", précise Jeroen Scheerder. "Les disparités demeurent", constate néanmoins le professeur. Les hommes font encore toujours davantage de sport que les femmes, les jeunes plus souvent que les plus âgés, les personnes très instruites davantage que celles qui sont peu instruites".

Scheerder en conclut donc que "le sport devient plus populaire, mais sa pratique ne s’est pas encore démocratisée".

Foto: Roel Burgler