© VRT

Trafic de drogue : "A Anvers on ne parvient pas à attraper les gros poissons"

Mardi matin 18 perquisitions ont été menées à Anvers dans le cadre de l'enquête sur le"clan Y.", une famille assyrienne de Turquie impliquée dans un trafic de drogues et d'armes et soupçonnée d’activités de blanchiment d'argent et de corruption. Sept personnes ont été interpellées. Mais pour le journaliste Joris van der Aa (Gazet van Antwerpen) cette famille ne jouait plus de rôle majeur dans le trafic de drogue à Anvers depuis un an et demi. Lors de l‘émission "De afspraak" (VRT), mardi soir, le journaliste s’est montré très critique pour le parquet et la police d’Anvers qui selon lui ne parviennent pas à mettre la main sur les véritables "gros poissons" de ce trafic.

Selon Joris van der Aa qui enquête sur le trafic de drogue à Anvers depuis des années, nous ne devons pas trop surestimer l’impact de ces interpellations. Selon lui, le "clan Y." ne jouait plus de rôle significatif depuis dix-huit mois et d'autres clans ont repris ce trafic entre-temps. "C’est loin d’être l'exemple d'une lutte efficace contre le trafic de cocaïne", ajoute Joris van der Aa.

Van der Aa déclare également que la police fédérale avait reçu des informations sur cette famille assyrienne à plusieurs reprises depuis 2011, mais qu'elle n'en a rien fait. "Ce n'est qu'en novembre 2017, après qu'un des membres du clan eut été abattu, que l'enquête a véritablement commencé. C’est donc un peu étrange", estime-t-il.

Pourquoi ne parvient-on pas à arrêter les gros poissons à Anvers

Le journaliste est très critique envers le parquet et la police. "Je ne peux que constater qu'on ne mène pas les enquêtes de manière aussi efficace partout et que dans l’arrondissement judiciaire d'Anvers, on se contente d’arrêter des "petits poissons". Alors qu’à Hasselt, par exemple, il est possible d'éliminer de "gros poissons".

"Même s’ils essayent de le faire, ils n’y parviennent pas, le résultat est là. Le problème de la drogue s’est encore aggravé à Anvers ces dernières années. Et quand on dit qu’on est parvenu à de grands résultats, je ne le crois pas. La cocaïne continue d’arriver à Anvers et il y a toujours des gens qui s’enrichissent grâce à ce trafic".