AFP or licensors

De Bruxelles à Gand, en passant par Genk: environ 14.000 jeunes "plus chauds que le climat" ce jeudi

Pour le septième jeudi d'affilée, des milliers de jeunes faisaient l'école buissonnière afin de réclamer des mesures fortes pour contrer le réchauffement climatique. Plus de 3.000 personnes se sont rassemblés à Gand, alors que la ville limbourgeoise de Genk a attiré environ 4.100 adolescents. Dans la capitale, quelque 7.500 élèves du primaire, secondaires et de l’enseignement supérieur ont battu le pavé aux côtés de la jeune suédoise, Greta Thunberg, dont la présence a provoqué un moment d’hystérie. En fin de journée, le mouvement belge pour le climat, sous l'égide de Youth for Climate, a invité les syndicats à déposer des préavis de grève, en vue de la grève mondiale pour le climat prévue le 15 mars.
 

Vers 13 heures, le cortège organisé au cœur de la capitale a tenté de s'élancer depuis la gare du Nord de Bruxelles, mais l'hystérie provoquée par la venue de la jeune Suédoise Greta Thunberg, figure de proue du mouvement, a compliqué les choses. Médias et manifestants n'attendaient en effet qu'une chose: apercevoir Greta Thunberg.

La jeune Suédoise de 16 ans, qui a lancé le mouvement des grèves scolaires pour le climat dans son pays, a rejoint la mobilisation juste au moment où le cortège s'élançait. Son apparition a provoqué l'hystérie: les jeunes criaient, les journalistes se ruaient. Entourée de caméras, preneurs de son et autres journalistes, l'adolescente ne savait plus où donner de la tête. La masse médiatique empêchait le cortège de s'ébranler.

Chargement lecteur vidéo ...

Arborant une pancarte barrée des mots "Skolstrejk for klimatet" ("Grève scolaire pour le climat" en suédois), Greta Thunberg, diagnostiquée Asperger, était venue soutenir les jeunes Belges pour cette 7e édition. Affublées de ses désormais célèbres deux tresses - portées également par plusieurs manifestantes -, l'adolescente restait impassible face à la curiosité médiatique qu'elle suscitait jeudi à Bruxelles.

Nous allons continuer à emmerder les gens du pouvoir, et à faire grève jusqu’à ce qu’ils fassent quelque chose

Greta Thunberg, activiste climatique

Après avoir repoussé la presse sans ménagement et établi un rond de sécurité humain autour de la jeune fille mais aussi notamment d'Adélaïde Charlier, initiatrice du mouvement en Belgique francophone, les stewards de Youth for Climate et les autres jeunes ont enfin pu s'élancer pour crier au monde leur désir de changement. Scandant leur fameux slogan "plus chauds que le climat" ou "one solution, the revolution", des élèves de l'enseignement primaire, secondaire ou des étudiants du supérieur ont réclamé une politique climatique plus ambitieuse.

A la fin de la marche, la jeune Greta s’est adressée aux manifestants. "Merci à tous d’être là, c’est incroyable", a-t-elle lancé le sourire en coin. "Nous allons continuer à emmerder les gens du pouvoir, et à faire grève jusqu’à ce qu’ils fassent quelque chose", a-t-elle encore déclaré alors que la foule scandait son nom. "Personne n’est jamais trop petit pour faire la différence. Nous ne sommes pas uniquement en train de changer le monde, nous sommes en train de le sauver", a-t-elle conclu.

Lors d'une conférence de presse qui a suivi la marche bruxelloise, le front commun, composé de Youth For Climate, Students For Climate, Teachers for Climate et Workers For Climate, a demandé aux syndicats de déposer un préavis de grève pour le 15 mars, journée mondiale de mobilisation pour le climat.

Chargement lecteur vidéo ...

Moins de monde malgré tout

Malgré la participation remarquée de Greta Thunberg, les manifestants étaient moins nombreux ce jeudi que lors de l'édition précédente. Le 14 février, environ 11.000 jeunes avaient en effet marché pour le climat dans les rues de Bruxelles. Le 24 janvier, le mouvement avait attiré 35.000 participants.

Notons qu’en fin de journée, Greta Thunberg et les cheffes de file du mouvement Youth for Climate en Belgique, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et Kyra Gantois, donneront une conférence de presse à la Tour du Midi. Le front commun composé de Youth For Climate, Students For Climate, Teachers for Climate et Workers For Climate doit y exposer ses ambitions pour la "grève mondiale" du 15 mars.

Des milliers de jeunes à Genk et à Gand

Quelque 3.000 jeunes se sont rassemblés en parallèle à Gand pour mener à leur tour une "grève scolaire" pour le climat. Dans cette ville, c'est Hanne de Guytenaer, 18 ans, qui semblait avoir mobilisé les troupes jeudi.

A Genk, environ 4.100 participants ont été comptabilisés par la police. L’initiative de l’action a été prise par deux mères d’élèves. La direction du Lycée Atlas Collège a alors décidé de rejoindre le mouvement, soutenu également par Youth for Climate Limbourg. Plusieurs stands avaient été installés à la fin du parcours pour informer les jeunes sur les problématiques liées à l’environnement et au climat.