Van Rompuy : "A terme, Orbán n'a plus sa place au PPE"

Le parti Fidesz de droite souverainiste du Premier ministre hongrois Viktor Orbán n'a à terme plus sa place au sein du Parti Populaire européen (PPE, conservateur), a estimé vendredi l'ancien président du Conseil européen, le Belge Herman Van Rompuy (photo), dans une interview accordée à la VRT.

Le parti de Viktor Orban (phpto) appartient à la famille du PPE, majoritaire au Parlement européen. Il regroupe les formations de droite de l'Union européenne, comme la CDU de la chancelière allemande Angela Merkel, son parti frère bavarois CSU ou les Républicains en France. Mais la Hongrie inquiète actuellement de nombreuses puissances occidentales en raison de l'autoritarisme dont fait preuve son Premier ministre Orban et de sa relation avec Vladimir Poutine.

En septembre dernier, le Parlement européen a déclenché l'article 7 du traité de l'UE contre la Hongrie pour non-respect de l'État de droit. Il s’agit du mécanisme le plus radical - parfois qualifié "d'arme nucléaire" - visant un pays bafouant les règles européennes et qui pourrait se traduire par la suspension du droit de vote de Budapest au sein de l'Union.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en froid avec Orban, a récemment répété ce qu'il avait déjà dit en octobre dernier: "Viktor Orban n'a plus sa place au sein du PPE". Herman Van Rompuy, qui fut le premier président du Conseil européen de 2009 à 2014 sous l'étiquette PPE après avoir été Premier ministre belge, a joint vendredi sa voix aux adversaires du Premier ministre hongrois.

"Nous avons tous eu énormément de patience avec Viktor Orbán. Il est clair que ce qu'il fait est en contradiction avec les valeurs du PPE". Van Rompuy était invité de l'émission télévisée "De afspraak op vrijdag" de la VRT, et faisait référence à des propos similaires de la chancelière allemande Angela Merkel.

"C'est le signal qui manque encore pour dire: à terme - peut-être pas demain - mais à terme, tu n'as pas ta place (au PPE)", a-t-il ajouté.

AFP or licensors