Bataille rangée entre jeunes à Lokeren, deux policiers en incapacité de travail

Des images d’une confrontation entre un groupe de jeunes et des policiers à Lokeren (Flandre orientale) circulent sur les réseaux sociaux. La police est intervenue suite à un appel de la direction d’une école technique de Lokeren (Technisch Atheneum Lokeren) suite à l'interpellation de jeunes deux agents ont été blessés et sont en incapacité de travail durant une semaine.

La direction de la KTA de Lokeren avait appelé la police parce que des jeunes s’étaient rassemblés devant l’école vendredi soir après les cours. Deux groupes avaient l’intention d’en venir aux mains, une quarantaine de jeunes se trouvaient aux abords de l’école. Tous les jeunes ne fréquentaient cependant pas l’athénée technique.

Quatre policier sont arrivés sur place avec un chien et ont demandé aux jeunes de quitter les lieux, ce que certains d'entre eux ont refusé. Cela a mené à une confrontation entre les jeunes et la police, où quelques coups ont été portés de part et d'autre. Finalement, deux autres agents sont arrivés en renfort, de sorte que la police a repris le contrôle de la situation.

Trois jeunes, dont deux mineurs, ont été arrêtés et présentés au juge samedi.  Mais ils ont été libérés sous conditions. En raison de l'affrontement, deux policiers sont en incapacité de travail pendant environ une semaine. Apparemment ils auraient reçu des coups de poings au visage. Les images de la confrontation circulent sur les réseaux sociaux.

Les réactions sont contrastées. Le président du parti d'extrême-droite, Vlaams Belang, Tom Van Grieken parle d’allochtones qui tabassent des policiers. Alors que d’autres dénoncent une intervention "trop musclée" de la police.

"Il est tout à fait logique que la police se défende", déclare de son côté, le bourgmestre de Lokeren Filip Anthuenis (Open VLD). "Par contre je m’interroge sur la décision de la justice", dit-il. "Je pense que le placement dans une institution pour jeunes délinquants aurait été plus appropriée. Selon le bourgmestre, il est encore possible qu’il y ait des arrestations. "L'enquête policière est toujours en cours".