Greta, Anuna, et 3.000 jeunes marchent pour le climat à Anvers

Environ 3.000 marcheurs ont pris le départ ce jeudi matin depuis la place de l'Opéra à Anvers, pour réclamer des mesures concrètes contre le changement climatique. Anuna De Wever et Kyra Gantois, initiatrices du mouvement Youth For Climate, figurent en tête du cortège, accompagnées par la Suédoise Greta Thunberg. L'intérêt de la presse pour la jeune militante était toujours important jeudi. Elle était entourée de stewards pour tenir la foule à distance. Une autre marche a également lieu à Malines.

Anvers a déjà été le théâtre ces quatre dernières semaines de marches locales pour le climat, ayant rassemblé quelques centaines de jeunes. Mais la ville accueille pour la première fois une telle initiative à l'échelle nationale.

"La présence de Greta Thunberg est clairement un plus", se réjouit Maïté de Haan, de Students for Climate. "Mais c'est surtout important que les Anversois fassent entendre leur voix."

1.000 jeunes à Malines

Sur la Grand-Place de Malines également, plus de 1.000 jeunes, selon la police, se sont réunis pour une première marche pour le climat dans la ville, organisée par une antenne locale de Youth for Climate.

"Des records de chaleur ont été enregistrés ces derniers jours mais nous n'avons toujours pas de politique climatique. C'est important de continuer à descendre dans la rue jusqu'à ce que ce soit le cas", soulignaient les participants. Ceux-ci ont déployé des pancartes aux messages originaux pour appuyer leur message, tels que "Plus d'abeilles, moins de pâté en croûte", "Nous ne voulons pas de Malines-sur-mer" et le traditionnel "Il n'y a pas de planète B", tout en chantant "On est plus chaud, plus chaud que le climat".

En Wallonie, quelque 5.000 élèves de primaire et secondaire ont également marché pour le climat dans les rues de Huy.

L’action met le SP.A dans l’embarras

Le mouvement de grève des cours que les élèves organisent tous les jeudis depuis trois mois pour le climat divise le parti socialiste flamand. Des déclarations de l'échevine anversoise de l'Enseignement, Jinnih Beels (SP.A) ont jeté le trouble à l'intérieur du parti. Dans une interview accordée dimanche dernier, elle déclare notamment que "les adultes ne doivent pas encourager le brossage des cours".

Cette sortie n'a pas été appréciée par tous au sein du parti, au point que le trublion de la gauche socialiste flamande Erik De Bruyn, lui-même spécialiste environnement, a menacé de retirer sa candidature aux prochaines élections. Il est censé pousser la liste pour la Chambre dans la province d'Anvers.

De son côté, le président du parti, John Crombez, a trouvé "logique" qu'en sa qualité d'échevine de l'Enseignement, Jinnih Beels ne souhaite pas encourager les élèves à sécher les cours. Il n'estime pas pour autant que les actions doivent s'arrêter. "Laissons les jeunes secouer un peu le monde", a-t-il dit.