Que devient Joke Schauvliege, l’ex-ministre flamande de l’Environnement?

Le 5 février dernier, la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V) était apparue en pleurs face aux caméras pour annoncer sa démission. Sa décision intervenait suite à ses déclarations sur un complot à son encontre, et à des propos mensongers sur les manifestations des citoyens et des jeunes en faveur du climat. Aujourd’hui, les larmes de l’ancienne ministre ont séché. Joke Schauvliege se dit prête à assumer la place que lui offre son parti, et tirera donc la liste flamande du CD&V en Flandre orientale.

Des doutes subsistaient quant à la place que prendrait la ministre démissionnaire lors du prochain scrutin du 26 mai. En début de semaine, les chrétiens démocrates flamands ont tranché : Joke Schauvliege sera bel et bien tête de liste pour le scrutin régional en Flandre orientale.

"C’est en fait moi qui avait besoin de temps pour laisser les choses décanter", a-t-elle déclaré au micro de Radio 2 (VRT). "Il n’y a absolument pas eu de discussion au sein du parti sur ma place en tant que tête de liste", précise-t-elle. "J’ai pris du temps ces dernières semaines pour mettre de l’ordre dans mes idées. Ce n’est jamais mauvais de réfléchir. Devais-je continuer en politique ou prendre un autre chemin ? Je sais à présent que je veux poursuivre mon engagement", a ajouté Joke Schauvliege.

Avec le recul, l’ex-ministre admet une fois de plus son erreur, sans pour autant revenir en détail sur la période d’émotion qu’elle a traversée. "Cela n’a pas été facile. J’aimais bien mon travail et aurait aimé achever certaines choses", explique-t-elle. "Mais j’admets avoir fait un faux pas, et j’ai dès lors pris mes responsabilités".

"Prête pour le débat"

"C’est avec beaucoup d’envie que je me remets au boulot en tant que tête de liste", poursuit Joke Schauvliege sur les ondes de Radio 2. L’ancienne ministre affirme ne pas craindre les attaques dont elle pourra faire l’objet suite à ses erreurs. "Cela fait partie de la politique. Ça fait un temps que je fais partie de ce monde, et à ce niveau, j’ai déjà prouvé que je suis capable de me défendre".

Comme beaucoup de responsables politiques, Joke Schauvliege reste toutefois vague quant à ses ambitions électorales. "Attendons tout d’abord que le scrutin ait lieu", indique-t-elle, tout en refusant d’indiquer si le portefeuille de l’Environnement l’intéresserait encore.

Lors des dernières élections régionales, Joke Schauvliege avait attiré les faveurs d’un très grand nombre d’électeurs dans sa province. Reste à savoir si elle parviendra à réitérer ce résultat. D’après certains experts politiques, la polémique dont elle a fait l’objet n’aura pas obligatoirement un impact négatif.