A Bruxelles, quatre policiers sur dix ne parlent pas néerlandais

D’après les chiffres du SPF Intérieur, relayés dans le quotidien dominical De Zondag, quatre policiers sur dix ne parlent pas néerlandais à Bruxelles. Dans la capitale, le bilinguisme est pourtant une exigence légale pour les agents. D’après la députée du Vlaams Belang, Barbara Pas, la situation est due à un manque d’action de la part de l’ex-ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA).

Actuellement, 58% des agents maitrisent le français et le néerlandais, un chiffre en recul de 1% par rapport à l’an dernier. Seuls 3.648 des 6.288 agents de police sont ainsi bilingues. La large majorité des policiers sont francophones (98%).

Les chiffres ont été révélés à la demande de la députée du Vlaams Belang Barbara Pas. Cette dernière dénonce une mauvaise gestion de l’ancien ministre de l’Intérieur. "Le bilinguisme a atteint son niveau le plus bas sous le gouvernement Michel, alors même que le N-VA Jan Jambon avait cette compétence en main", déclare-t-elle dans le Zondag. "Il avait tous les instruments en main pour remédier à la situation, mais des 140 agents qui ont été recrutés, seuls 18 sont bilingues", dénonce-t-elle encore.

D’après Barbara Pas, une solution s’impose : "miser au maximum sur le bilinguisme lors du recrutement en l’intégrant totalement à l’ensemble de la formation", estime la députée VB.

Dans un tweet publié ce dimanche, Jan Jambon s'est défendu : "Madame Pas devrait savoir qu'il s'agit d'une compétence de la région, et non de l'Intérieur. Je m'en suis plaint à plusieurs reprises auprès du ministre-président Vervoort, mais il ne reconnait pas le problème. Il revient ici aux partis flamands de la majorité à Bruxelles d'agir", a-t-il réagi.