Foto Kurt

Fuite de TNT provenant d’un cimetière de munitions de la Grande Guerre au large de Knokke

Un cimetière de munitions, contenant environ 35.000 tonnes de bombes et de grenades datant de la Première Guerre mondiale dans la mer du Nord, présente aujourd’hui des signes d’écoulement d’explosifs. L’information est dévoilée par le quotidien Het Laatste Nieuws. Jusqu’ici, le lieu avait longtemps été considéré comme sans danger.

La dernière inspection menée par le SPF Santé Publique sur le site en question, submergé à environ un kilomètre de la côte à Knokke-Heist, a révélé des fuites du contenu dangereux des explosifs. Le terrain concerné fait environ 3 km². Les milliers de tonnes de munitions sont recouvertes d’une couche de vase, déposée par le courant naturel marin.

Rien n'indiquait lors des précédents contrôles annuels par des plongeurs du service public que de telles fuites avaient lieu mais il semble désormais qu'une quantité de TNT se serait écoulée. Celle-ci a pu être détectée grâce à une nouvelle technique de contrôle.

Le SPF Santé Publique prévoit une inspection de grande ampleur en mai à l'aide du navire d'exploration scientifique Belgica. L'étude doit cartographier l'étendue du problème et les risques.

A l’heure actuelle, il serait plus sûr de laisser les bombes et grenades où elles se trouvent. De nombreuses mesures de sécurité sont toutefois d’application. Il est notamment interdit de jeter l’ancre dans cette zone, ou encore d’y pêcher.

D’après l’Institut royal belge des sciences naturelles, le TNT peut être nocif pour le milieu marin, mais les nageurs qui se baignent à Knokke n’auraient rien à craindre, les valeurs mesurées étant trop faibles pour représenter un quelconque danger.

Que font ces munitions dans la mer?

A la fin de la Première Guerre mondiale, la population se trouvait dans une pauvreté profonde. "Les gens essayaient par tous les moyens de gagner de l'argent, et de s'approprier  du cuivre, ce qui a provoqué de nombreux accidents", explique Fritz Francken, chercheur de l'Institut royal des sciences naturelles. "Les autorités ont alors décidé de prendre une mesure drastique, et de rassembler toutes les munitions pour les jeter à la mer".

Le cimetière d'explosifs était alors tombé dans l'oubli, jusque dans les années 90, lors de l'agrandissement du port de Zeebrugge.