Les manifs non annoncées devant les centres d’asile de Steenokkerzeel désormais interdites

La commune de Steenokkerzeel ne permettra plus la tenue de manifestation devant les centres d’asile si une permission n’a pas préalablement été demandée en concertation avec la police et le bourgmestre. Les personnes qui mènent des actions de protestation sans autorisation risqueront désormais une arrestation administrative immédiate. C’est ce qu’a fait savoir le bourgmestre, Kurt Ryon (Klaver N-VA).

Steenokkerzeel abrite trois centres pour demandeurs d’asile, deux fermés et un ouvert. D’après le bourgmestre de la commune, les dernières manifestations ont souvent mené à de lourds incidents face auxquels la police a eu du mal à faire face.

"En imposant une demande de permission préalable, nous voulons pouvoir faire appel à un renforcement de la police fédérale afin que des confrontations avec nos corps locaux soient évités", indique Kurt Klaver.

D’autres décisions ont également été prises. Les manifestants ne pourront notamment pas laisser de déchets derrière eux, et ni endommager les bâtiments et l’infrastructure. "Dans ce dernier cas, des interventions judiciaires seront également de mise", souligne le bourgmestre.