© HBO

"Leaving Neverland" : La VRT ne censurera pas les chansons de Michael Jackson

Ce vendredi, la chaîne Canvas de la VRT diffusera le documentaire "Leaving Neverland", dans lequel deux hommes témoignent des abus sexuels qu’ils auraient subis de la part du chanteur Michael Jackson alors qu’ils étaient mineurs. Plusieurs radios, dont BBC 2, ont décidé de retirer de leurs programmation les titres de la célèbre star. La radio publique flamande ne compte pas prendre de mesure similaire, mais émettra "avec prudence" les morceaux du chanteur défunt.

Le documentaire "Leaving Neverland" a été diffusé une première fois dimanche soir sur la chaîne américaine HBO. Dans ce film, d'une durée de quatre heures, deux hommes témoignent des abus sexuels qu'ils auraient subi de la part du chanteur pendant des années alors qu'ils étaient mineurs.

Le reportage a suscité de vives réactions, notamment de la part de nombreuses radios de par le monde. La radio britannique BBC 2 a décidé de retirer les morceaux de Michael Jackson de sa programmation. La station publique norvégienne NRK en fera de même pour une durée de deux semaines. Plusieurs grandes radios québécoises ont également décidé de bannir les chansons du "roi de la pop", décédé il y a plus de dix ans d’une overdose.

Mise en contexte

Du côté de la VRT, qui diffuse le reportage en question ce vendredi soir sur la chaîne Canvas, il a été décidé de ne pas retirer les chansons de Michael Jackson de la programmation. "Nous n’allons pas appliquer de censure, ou réécrire l’histoire de la musique", indique le service publique flamand dans un communiqué. "Nous traiterons toutefois sa musique avec prudence. Lorsque nous passerons un morceau, nous renverrons les auditeurs vers la polémique actuelle, et spécifierons le contexte si nécessaire".

Parmi les grades chaînes flamandes commerciales, QMusic et Joe ont annoncé qu’ils continueront aussi à diffuser les morceaux de la star accusée d’actes pédophiles. "Nous en avons beaucoup discuté", explique la porte-parole Sara Vercauteren. "Mais son héritage musical est tellement vaste que nous ne pouvons le bannir. Nous parlerons naturellement du documentaire à l’antenne, mais ne le ferons pas à chaque fois", précise-t-elle.