Le chantier de fouilles de Brucity dévoile des vestiges de la fin du Moyen Âge

La visite du chantier de fouilles, organisée jeudi par la Direction du Patrimoine culturel sur le terrain de l'ancien Parking 58, entre la rue des Halles et la rue de la Vierge Noire à Bruxelles, a permis de mettre en lumière les découvertes réalisées après deux semaines de recherches. 

urban.brussels, l'administration de la Région de Bruxelles-Capitale pour l'urbanisme et le patrimoine, a programmé un accompagnement archéologique des terrassements nécessaires au projet Brucity, le nouveau centre administratif de la Ville de Bruxelles. L'opération d'archéologie préventive a débuté le 20 février dernier et se poursuivra jusqu'à 15 mètres de profondeur.

Le chantier est traversé par l'ancien lit de la Senne. C'est là que se trouvait autrefois le Werf, le quai de débarquement établi sur la rive orientale. Le marché aux poissons, créé à ce niveau vers 1603-1604, disparaîtra lors des travaux de voûtement de la Senne (1867-1871).

"Le terrain à investiguer est très grand: de tels chantiers sont une véritable aubaine pour l'archéologue", explique Ann Degraeve, responsable du département Patrimoine archéologique chez urban.brussels. "Approcher ici le lit de la Senne et ses différents dépôts est unique. Très peu de chantiers donnent cette occasion. Ainsi, nous pouvons étudier la rivière dans la ville du Moyen Âge et comment l'homme a essayé de maîtriser et d'utiliser cette rivière. Plus loin, ces fouilles nous donneront des informations sur la formation de la rivière."

Quai en pierre et bois

Des niveaux liés à l'ancien lit de la rivière ont été mis au jour, ainsi que des aménagements de berges sous forme de piquets en bois et un quai construit en pierre et bois. Ce dernier pourrait dater du 15e siècle. Le bois est échantillonné et sera daté par dendrochronologie. D'autres échantillons sont pris pour dater les différentes strates des alluvions de la Senne et ainsi reconstituer le paléoenvironnement autour de la rivière.

Divers objets dont une cuillère en bois et des chaussures en cuir ont été prélevés. Leur bonne conservation est due à l'environnement anaérobie (sans oxygène) dans lequel ils se trouvaient. Une nasse en osier qui servait à attraper du poisson a aussi pu être déterrée. Elle sera prélevée par un laboratoire spécialisé afin d'être traitée et exposée. Des fragments de céramique, des monnaies, des pions de jeu ou encore une bague ont encore été découverts. Ils témoignent des modes de vie de la fin du Moyen Âge.