Jamais autant de brevets belges n’avaient été demandés qu’en 2018

L'Office européen des brevets (OEB) a enregistré 2.360 demandes de brevets déposées par des entreprises et des inventeurs belges l'an dernier. Il s'agit d'un nouveau record pour la Belgique et d'une progression de 9,7% par rapport à 2017. C’est la plus forte progression depuis 2010.

Selon le rapport annuel de l'OEB, la Belgique occupe la 13e place mondiale des pays demandeurs de brevets et sa croissance dépasse largement la moyenne de l'Europe des 28 (+3,8%). Cette hausse inverse également la tendance de l'année 2017, marquée par une baisse de 2,7% des demandes.

Ce "solide rebond" illustre la capacité d'innovation des sociétés et des établissements de recherche belges, souligne le président de l'OEB António Campinos. "C'est une bonne nouvelle pour la Belgique, notamment car de récentes études ont montré les avantages des industries étroitement liées à la propriété intellectuelle pour l'économie."

Les demandes de brevets belges ont particulièrement progressé dans les secteurs du transport (+61%), de la chimie des matériaux (+49%) et du génie chimique (+43%). Le groupe Solvay constitue lui le plus grand déposant de demandes belges auprès de l'OEB (348), suivi par le centre de microélectronique et de nanotechnologies IMEC (198), l’entreprise de production de métaux Umicore (97), l'Université de Gand (66) et Agfa (60) spécialisée dans l’industrie de l’imagerie.

En Belgique, la majorité des demandes proviennent par ailleurs de Flandre (62,9%), devant la Wallonie (21,2%) et la région de Bruxelles-Capitale (15,8%). L'année dernière, l'Office européen des brevets a reçu un total de 174.317 demandes de brevets à travers le monde, en hausse de 4,6% en comparaison avec 2017. Les Etats-Unis figurent en tête du classement avec 43.612 demandes, contre 26.734 venant d’Allemagne et 22.615 du Japon.