Le Limbourg instaure un parlement de bourgmestres

Les 48 maïeurs des communes limbourgeoises ont formé un nouvel organe de concertation, un parlement de bourgmestres. Le dégraissage des conseils d’administration a en effet pour conséquence que toutes les communes ne sont plus représentées dans les intercommunales limbourgeoises. Le parlement de bourgmestres conclura des accords au sujet de la politique des intercommunales en matière de déchets, d’énergie et de climat.

Les conseils d’administration des intercommunales limbourgeoises sont devenus nettement plus restreints ces derniers temps, avec pour conséquence que toutes les communes n’y sont maintenant plus représentées. C’est notamment le cas pour Limburg.net, responsable pour la collecte de déchets dans la province, mais aussi pour Fluvius Limburg et Nuhma.

"Ceci engendre de l’inquiétude, certainement au sein des petites communes", indique le bourgmestre Wim Dries de l’ancienne commune minière Genk.

Le pouvoir reste aux communes

Les principaux partis politiques limbourgeois ont décidé de se réunir plusieurs fois par an pour définir la stratégie des intercommunales. Ces dernières sont des entreprises publiques créées par des communes pour accomplir des missions de service public d’intérêt communal.

Ces réunions "donneront à toutes les communes l’occasion de rester impliquées, car elles restent la base des intercommunales", précise Wim Dries (photo). "Songez notamment aux investissements rattachés à l’énergie renouvelable, ou à l’utilisation d’ampoules LED pour l’éclairage public dans tout le Limbourg. Le parlement fait des propositions, mais la décision finale incombe aux conseils d’administration".

Les bourgmestres limbourgeois se réuniront d’ici peu à la maison provinciale. "Ces prochains mois, nous allons voir comment donner concrètement forme à ce nouvel organe de concertation, et quels thèmes aborder", indique Wim Dries. Les bourgmestres ne recevront pas de rémunération supplémentaire pour leur participation à ces réunions.

Sophie Kip