Didier Reynders : "Pas de report du Brexit sans un bon motif de la part des Britanniques"

Le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) dit regretter le rejet par le Parlement britannique de l’accord sur le retrait de l’UE. Mais il ajoute qu’il ne veut pas d'un report sans un bon motif du côté britannique. Didier Reynders a fait ces déclarations dans "De ochtend" sur Radio 1 (VRT).

Didier Reynders n'a pas été surpris par le résultat du vote d'hier soir au Parlement britannique. Les députés du Royaume-Uni ont une nouvelle fois rejeté, par 391 voix contre 242, le Traité de retrait de l'UE négocié par la Première ministre Theresa May "il y avait déjà beaucoup de signes en ce sens au cours de la journée", a déclaré le ministre dans "De ochtend".

Didier Reynders n'est pas opposé au Brexit mais il attend de voir ce qui se passera aujourd'hui, à savoir un nouveau vote sur une sortie sans accord. "Un "no deal" sera difficile pour les deux parties, à la fois pour le Royaume-Uni et l'Union européenne, et en particulier pour la Belgique", a expliqué Didier Reynders.

Le Gouvernement flamand doit présenter ce mercredi un décret d'urgence selon lequel l'économie flamande doit être prête pour un éventuel Brexit sans accord le 29 mars. "Le gouvernement fédéral a également un plan prévu à cet effet au Parlement ", a ajouté Didier Reynders. "Tous les États membres européens et l'Union doivent prendre des mesures de précaution.

"A présent, la balle est dans le camp britannique et toutes les options sont à nouveau sur la table. Si le Parlement britannique rejette un Brexit sans accord et demande éventuellement un report, cela sera inacceptable. Nous attendons le contenu d'une proposition de report. Cette question sera débattue mardi et un sommet européen suivra à la fin de la semaine prochaine. Mais nous avons besoin d'un bon motif de la part du gouvernement britannique" a encore déclaré Didier Reynders.

Charles Michel regrette le vote du parlement britannique

De son côté le Premier ministre Charles Michel (MR) a dit mercredi matin "regretter" le vote sur le Brexit intervenu la veille au soir au parlement britannique. "Je regrette ce nouveau vote. Une nouvelle fois, les Britanniques disent ce qu'ils ne veulent pas. Il est temps qu'ils disent ce qu'ils veulent. A présent, la balle est dans le camp britannique. Un nouveau vote est d'ailleurs attendu." 

Le Premier ministre a aussi dit soutenir les initiatives de la Commission européenne. Côté belge, il a rappelé la démarche de soumettre au parlement des textes visant à préparer la Belgique aux conséquences potentielles d'un Brexit sans accord.

"Nous souhaitons maintenir des relations économiques fortes et une coopération sécuritaire avec le Royaume-Uni. Mais je ne veux pas demain d'une concurrence déloyale des entreprises britanniques."

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est prévue le 29 mars. Elle pourrait toutefois faire l'objet d'un report.