Nicolas Maeterlinck

Le collectif pour la qualité de l'air Filter Café Filtré a un an

Le collectif constitué de parents inquiets de la qualité de l'air aux abords des écoles, qui a reçu le nom bilingue Filter Café Filtré, a célébré ce vendredi matin à Bruxelles sa première année d'existence. Le mouvement citoyen est toujours aussi déterminé à faire entendre chaque semaine ses revendications alors que "trop peu de choses ont changé" depuis le lancement de ses actions. Une soixantaine d'écoles ont répondu présentes à l'appel du collectif vendredi.

Un an après la première action spontanée du collectif à l'école primaire Maria Boodschap, rue de Flandre à Bruxelles, parents et enfants se sont à nouveau réunis pour exiger une meilleure qualité de l'air devant les portes des établissements scolaires.

De nombreux parents et enfants ont mené des actions hebdomadaires depuis le 16 mars 2018 pour réclamer une amélioration de la qualité de l'air. C'est un rapport de Greenpeace sur la pollution de l'air aux abords des écoles - relayé dans un reportage de la VRT - qui est à l'origine de ces actions.

Pour célébrer le premier anniversaire de l’initiative citoyenne, l'association de protection de l'environnement Greenpeace avait apporté un gâteau. Le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (SP.A), ainsi que l'échevin bruxellois de la Mobilité Bart Dhondt (Groen) et la Secrétaire d'Etat à la Sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) avaient par ailleurs fait le déplacement.

"Plusieurs leviers existent au niveau communal pour améliorer les niveaux de concentration en particules fines dans l'atmosphère. Le débat est donc ouvert, mais nous ne constatons trop peu de changement", indiquait l'incitatrice du rassemblement, Annekatrien Verdickt. "Nous visons des villes saines et viables, avec des réseaux de pistes cyclables. Il est possible de réaliser assez rapidement des investissements à cet égard. Il faut notamment des infrastructures cyclables adaptées, afin d'inciter davantage de personnes à utiliser leur vélo".