Un projet transfrontalier pour produire des espèces végétales sur des terres marginales

Le projet lancé entre la Flandre occidentale, la Wallonie et le Nord de la France doit répertorier les terres inutilisées ou marginales qui pourraient faire l'objet d'une mise en culture. L'objectif ultime de ce projet, baptisé New-C-Land, est de produire de la biomasse. La présentation du projet transfrontalier avait lieu jeudi, à Lille (France).

La demande de matières premières végétales augmente parallèlement à la croissance de la bio-économie. Il est donc important d'identifier les zones dans lesquelles des cultures peuvent être plantées pour répondre à ces besoins futurs. À terme, cela devrait conduire à une réduction de la dépendance aux ressources fossiles, expliquent les initiateurs du projet transfrontalier.

Les partenaires du New-C-Land vont d'abord s'atteler à identifier les terres marginales. Il peut s'agir de terres abandonnées - telles que des parcelles en jachère -, de terrains pollués, de terres faiblement productives ou encore de terres temporairement marginales qui attendent d'être valorisées. Un inventaire de ces espaces sera ensuite réalisé.

Par la suite, une discussion sera engagée avec les gestionnaires, les autorités publiques et les entreprises au travers de campagnes d'information. L'idée est d'aboutir à un plan de plantations, qui débouchera à son tour sur la production de biomasse, tout en tenant compte du contexte social, environnemental et économique.

Le projet est soutenu par des fonds européens, via le programme Interreg. Ce programme vise à promouvoir la coopération entre les régions européennes et le développement de solutions communes dans les domaines du développement urbain, rural et côtier, mais aussi du développement économique et de la gestion de l'environnement.