Bart De Wever s’exprime pour la première fois après la série d’explosions à Anvers

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA) a pris des mesures de sécurité supplémentaires après une série d’explosions avec des grenades en quelques semaines. "Ma plus grande crainte est qu’il y ait des victimes ici aussi, comme cela s’est produit aux Pays-Bas".

Le bourgmestre d’Anvers réagissait pour la première fois après que les partis de l’opposition Groen et Vlaams Belang aient critiqué son silence. "Ce matin je me suis entretenu avec le parquet, le parquet général, la police fédérale et la police locale. Mon rôle en tant que bourgmestre est de d’abord prendre des mesures" a-t-il déclaré au micro de la VRT.

Selon Bart De Wever, cette violence provient clairement du milieu de la drogue ; "Il s'agit de faits provenant du milieu de la drogue contre ce milieu et non de violence aveugle ou de violence terroriste. Mais bien sûr : pour les gens qui vivent dans ces quartiers, qui sont confrontés à cela, qui peuvent en être victimes, c'est une situation intenable. C'est pourquoi il y aura des contrôles très stricts dans certains quartiers. Je viens de signer un document qui permet à la police de ne pas devoir se justifier pour vérifier l'identité d'une personne. Les agents seront en mesure de vérifier qui se rendra dans ces quartiers après une certaine heure. Il y aura aussi des caméras temporaires à certains endroits et un plus grand nombre d'agents de police en uniforme et en civil".

"Je ne ferai pas de visite médiatique dans les quartiers touchés"

Par contre Bart De Wever ne se rendra pas dans le quartier touché pour parler aux habitants comme l’a demandé l’opposition. "Je suis toujours prêt à discuter, mais je ne ferai pas de visite médiatique dans un quartier particulier affecté par la violence liée à la drogue".

Le bourgmestre d'Anvers reconnaît que ce ne sera pas une tâche aisée de lutter contre cette violence: "Ce problème existe depuis les années 1980 et vient des Pays-Bas. Ici, nous récoltons les fruits aigres du passé. Ne sous-estimez pas non plus le crime organisé. Les drogues représentent un marché d'un milliard de dollars, nous faisons face à un ennemi très puissant et très obstiné. La criminalité liée à la drogue a fortement diminué ces dernières années, tout comme d'autres formes de criminalité. Mais ces résultats sont, bien sûr, anéantis par ces incidents spectaculaires de ces derniers temps".

Aux Pays-Bas, des passants ont été les victimes collatérales de ces actes de violences. Bart De Wever n’exclut pas que cela puisse se produire ici aussi. "Ma plus grande crainte est qu'il y ait des victimes ici aussi".