Décès de Stef Loos : "On connaît les circonstances de l'accident mais pas les responsables"

Trois coureurs ont été percutés par une camionnette, dimanche après-midi dans la région de Tournai, lors d'une course cycliste. Grièvement blessé, un des coureurs est décédé. "On connaît les circonstances de l'accident mais pas les responsables", indique lundi le parquet.
 

"Si un lien de causalité est établi entre les raisons de l'accident et la mort de ce jeune coureur, l'organisateur ou encore l'organisation pourrait-être poursuivie pour homicide involontaire", précisait lundi en fin d'après-midi Frédéric Bariseau, premier substitut du procureur du roi de Tournai.

"Trois coureurs ont été blessés dans cet accident. Stef Loos, la victime, a eu le poumon et le foie perforés. Il avait le bassin et le fémur fracturés et souffrait aussi de coups à la tête. Il est décédé cette nuit à 02h30 du matin au service des urgences du Centre hospitalier de Wallonie picarde à Tournai.

Âgé de 19 ans, il était domicilié à Dessel, dans la région d'Anvers", précise encore le magistrat. Souffrant de blessures légères, les deux autres coureurs, âgés de 20 et 21 ans, sont de Brasschaat et Beveren. 

L'accident s'est produit à Melles (Tournai), peu après 14h30, lors du "Grand prix Alfred Gadenne", une course réservée aux Elites et Espoirs sans contrats.

"Au carrefour de la chaussée de Frasnes et de la Couture de Breuze, un groupe d'une trentaine de coureurs a franchi ce carrefour sans s'arrêter. Ils ne devaient pas passer par là et ne se sont pas arrêtés au Stop. Trois des coureurs ont été heurtés par une camionnette conduite par un habitant de Bachy (F).

Après le pont de l'autoroute, les coureurs devaient immédiatement tourner à droite vers la rue du Château. Ils sont allés tout droit. Il semble qu'il n'y avait ni signaleurs, ni policiers à cet endroit. Ce peloton, qui en chemin a croisé une voiture de la police fédérale signalant aux coureurs qu'ils n'était pas sur le bon chemin, a effectué 1,4km sur un tronçon non balisé avant la collision. Ils brûlent ensuite le carrefour d'une chaussée prioritaire. L'enquête va à présent tenter de déterminer les responsabilités", précise encore Frédéric Bariseau.