Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved

"Retourne dans ton pays": le racisme ambiant depuis le Brexit incite un Flamand à quitter Londres

Jan Van Geet habite et travaille à Londres depuis 20 ans, en compagnie de son épouse, de nationalité néerlandaise. Mais depuis le vote en faveur du Brexit, il ne se sent plus le bienvenu dans la capitale britannique. Après diverses mauvaises expériences, il a décidé de quitter la Grande-Bretagne.  

"Le référendum sur le Brexit qui s’est tenu il y a près de trois ans a changé beaucoup de choses", raconte Jan Van Geet au micro de VRT NWS. "Le Royaume-Uni est devenu plus raciste, et moins ouvert. Ici, c’est toujours chez moi, mais je me sens de plus en plus souvent comme un étranger, et ce malgré le fait que je paie depuis des années des impôts et que je n’ai jamais rien demandé à l’Etat britannique".

Jan Van Geet vit avec son épouse Claudia dans le quartier de Whitechapel, et travaille comme indépendant en tant que vidéo-technicien pour les festivals et les grandes salles de concert et de théâtre. "Ces derniers temps, j’entends de plus en plus de clients me dire qu’ils ne travaillent plus avec des étrangers", témoigne-t-il.

Pour ce citoyen flamand, un incident en particulier a finalement été la goutte de trop. "Dans le métro, un homme m’a sommé de rentrer dans mon pays. J’ai appelé ma femme, et je lui ai dit : il est temps de partir", raconte encore Jan Van Geet.

De la peine et des doutes

La décision a été douloureuse à prendre pour le couple. "Nous avons toujours adoré vivre ici. Londres reste une des plus chouettes villes au monde pour y habiter", déplore Jan Van Geet.

Parallèlement aux arguments personnels avancés pour justifier ce départ, il évoque aussi de sérieux soucis au niveau pratique. "La situation n’est pas claire concernant les papiers qu’il faut remplir pour pouvoir continuer à travailler ici", explique Jan Van Geet. "Vais-je devoir bientôt attendre 3 heures dans ma voiture au niveau de Calais ? ", s’interroge-t-il encore.

"Ces incertitudes ont joué un grand rôle. Ça va me crever le cœur de partir, mais ce chapitre est désormais clos", conclut-il.