Les activistes pour le climat passent une deuxième nuit dehors à Bruxelles

Quelque 200 activistes d'Occupy for Climate ont passé une deuxième nuit consécutive à camper Place du Trône à Bruxelles. Une "assemblée générale" est prévue à 9h. Au cours de celle-ci, les activistes définiront le programme de la journée.  "C’est incompréhensible que la classe politique n’ait toujours pas pris la mesure de ce qui se passe" a déclaré Joeri Thijs, de Greenpeace.

Depuis dimanche soir, les activistes d'Occupy for Climate campent sur la place du Trône à Bruxelles. Une centaine de tentes sont installées à l'arrière du Palais Royal. Ce matin, des gilets jaunes se sont joints à cette action. Les militants veulent que les hommes politiques approuvent une loi sur le climat au Parlement cette semaine. L'un des objectifs de cette loi sur le climat est de faire en sorte que la Belgique réduise ses émissions de CO2 de 95% d'ici 2050.

Mais vu les différentes réactions des partis politiques  il semble peu probable que cette loi sur le climat ne se concrétise. Joeri Thijs de Greenpeace trouve cela "incompréhensible" : "Ce n'est pas habituel que des dizaines de milliers de personnes descendent dans la rue pendant des mois sur un thème : le réchauffement climatique. Il est incompréhensible que la classe  politique ne l'ait pas encore compris.

Ce mardi est le Jour J pour les activistes puisque c'est aujourd'hui qu'en commission de la Chambre on se prononcera sur la révision de l'article 7bis de la Constitution.

"Il s'agit d'être présent mais nous voulons aussi montrer aux responsables politiques que les citoyens sont attentifs à leurs décisions", explique Thomas Leroy, porte-parole de Greenpeace.

A 10h15, ce mardi matin, la commission sur la révision de la Constitution débutera ses travaux au Parlement. C'est la première fois qu'un vote a lieu sur un amendement à la Constitution, qui est nécessaire pour rendre possible une loi sur le climat. Il s'agit en particulier de l'article 7bis de la Constitution, auquel il convient d'ajouter une phrase.

On s'attend à ce qu'il y ait une majorité au sein de cette commission en faveur de cet amendement à la Constitution, mais qu'ensuite cela s'arrête là.

Jeudi, l'ensemble du Parlement devra encore se prononcer sur la question et, pour l'instant, il ne semble pas qu’il y ait la majorité nécessaire, entre autres, l’Open VLD, le CD&V, la N-VA et le Vlaams Belang indiquent qu'ils  voteront contre.