Le projet controversé d'un nouveau casino à Middelkerke mis au frigo

La construction du nouveau casino de la commune côtière risque bien d’être reportée aux calendes grecques. Le contrat controversé avec l'entrepreneur actuel a été annulé et l'appel d'offres sera renouvelé dans son intégralité. Le nouveau bourgmestre Jean-Marie Dedecker (LDD) s'est farouchement battu ces dernières années contre ce nouveau projet de casino qui, selon lui, était entaché d’irrégularités et de clientélisme.

"Le contrat passé avec l’entreprise de construction Willeme a été résilié sur base de nombreux manquements" a déclaré le bourgmestre de Middelkerke Jean-Marie Dedecker . "Il y a encore toujours une ruine sur la digue, alors qu'aujourd'hui, selon les plans, le gros œuvre devrait déjà être réalisé. L'entrepreneur n'y travaille plus depuis un an et demi. Le pire, c'est qu'il a même cessé de demander certains permis. On ne peut pas continuer à travailler avec un tel entrepreneur".

Jean-Marie Dedecker ajoute qu'à partir de demain, la commune pourra disposer du site et nettoiera rapidement ce "Tchernobyl", comme on désigne ce chancre. Ensuite, il y aura une nouvelle procédure d'appel d'offres pour la construction d'un nouveau casino.

"Nous repartons à zéro. Il s'agira d'une procédure ouverte et équitable, qui sera menée par un jury compétent".

Pour le bourgmestre Jean-Marie Dedecker, cette décision est une bonne nouvelle. Pendant des années, il s'est battu contre ce projet qui, selon lui, était entaché d’irrégularités et de clientélisme. L'enquête sur cette affaire, qui avait même conduit à des perquisitions à la maison communale en 2017, est toujours en cours.

Le contrat pour la construction du casino de Middelkerke a été attribué en 2016 au consortium formé par la société de paris Napoleon Games, l’entrepreneur Willemen et le groupe hôtelier C-Hotels, alors que la commune était encore dirigée par la bourgmestre Janna Rommel-Opstaele (Open VLD).

D’après le projet de ce consortium, la construction d’une grande arche de verre sur la digue aurait coûté 30 millions d’euros. Mais la procédure d’appel d’offre a suscité rapidement de nombreuses questions.

En 2016, le Conseil d'État s'était prononcé en faveur du Groep Versluys, un autre candidat et l'appel d'offres a dû être renouvelé. Mais avec la nouvelle procédure, Groep Versluys et un troisième candidat, Infiniti,  ont immédiatement  été exclus. Une fois de plus, c'est le consortium Napoleon Games qui l'avait emporté.

Une plainte a été déposée auprès du tribunal. Un jury a eu à juger de la légalité de l'appel d'offres, des références que les candidats devaient fournir et du montant remarquablement bas que Napoleon Games devait payer pour pouvoir exploiter le casino et louer le terrain. 

Les autres candidats à la réalisation du projet ont reçu le soutien de l'opposition : la liste LDD de Jean-Marie Dedecker, de la N-VA et du cartel progressiste. Ils parlaient de tricherie et se posaient aussi des questions sur le design du projet gagnant.