Le berger du Pajottenland doit cesser ses activités

C’est pour des raisons financières que le projet, lancé il y a deux ans dans cette région du Brabant flamand aussi surnommée "la Toscane du Nord", doit être interrompu. Un berger travaillait depuis 2017 à temps plein pour garder un grand troupeau de moutons dans le Pays des paillotes.

Hugo O avait été engagé il y a deux ans comme "Berger du Pajottenland". Il s’agissait d’un projet du Paysage régional Pays des paillotes et Vallée de la Senne. Il avait pour but de permettre à un troupeau de moutons de brouter l’herbe de diverses réserves naturelles du Pajottenland, pendant que le berger faisait découvrir aux promeneurs la faune et la flore du terroir.

Le projet doit cependant être suspendu, pour des raisons financières. "Il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte", précise Hugo O. "Plusieurs missions sont tombées à l’eau et il règne une incertitude quant à de futures missions. Mais c’est avant tout le coût du fourrage d’hiver qui est déterminant. Chaque jour, la nourriture pour les animaux coûte jusqu’à 100 euros. Ce n’est pas tenable. Cela fait évidemment très mal de voir que le projet échoue pour des raisons financières".

Un emploi intéressant mais difficile

Hugo est très déçu, car il adorait son travail. Bien que ce n’ait pas été une mission facile. "C’est un métier lourd. Pendant l’été, les gens me voient surtout dans les prairies, mais le gros du travail doit se faire pendant l’hiver. Je travaille alors depuis tôt le matin jusque tard le soir, sans même parler de la période de naissance des agneaux, où je travaille jour et nuit".

Entretemps, la plupart des moutons ont été vendus à un commerçant. Hugo O. conservera vingt brebis avec leurs petits, comme hobby. Le berger est maintenant à la recherche d’un nouvel emploi.