La qualité de l'enseignement flamand en recul

La qualité de l'enseignement flamand a fait un bond en arrière au cours des dernières années, selon une enquête de la KULeuven, relayée par De Morgen lundi. D’après cette étude, l'enseignement catholique accuse les plus importants reculs.

En 2003, l'enseignement flamand comptait parmi les meilleurs au monde. Les écoliers du nord du pays occupaient la première place du classement Pisa de l'OCDE en mathématiques et la troisième en lecture.

Mais le niveau a fortement baissé ces dernières années, d'après une étude de la KULeuven, parue dans la revue spécialisée TORB. Ses auteurs ont combiné les résultats des classements Pisa avec ceux de deux autres études internationales : PIRLS, qui évalue la maîtrise de la langue et l'aptitude à la lecture, et TIMSS, qui compare les compétences des élèves en sciences et mathématiques.

Selon la KULeuven, l'avantage que possédaient les élèves flamands sur les francophones en matière de lecture s'est réduit de moitié. Si les résultats diffèrent selon les réseaux, l'enseignement catholique accuse les plus importants reculs.

Le patron de l'enseignement catholique flamand, Lieven Boeve, regrette, lui, que l'accent soit mis sur les compétences comme seuls critères de qualité, mais assure qu'un plan d'action a été mis en place pour améliorer l'aptitude à la lecture des élèves ainsi que leur maîtrise de la langue.

Selon la ministre de l'Enseignement flamand, Hilde Crevits (CD&V), ces résultats démontrent la nécessité de concrétiser certaines grandes réformes. Elle cite, entre autres, le programme de modernisation de l'enseignement secondaire qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2019 et prévoit l'instauration de nouveaux seuils de compétences. La ministre reconnaît toutefois que le "travail n'est pas terminé". Pour l'enseignement primaire, un plan d'action doit encore voir le jour.