James Arthur Photography

L’enseignement s’invite dans le débat électoral en Flandre : une aubaine pour la N-VA ?

Alors que la migration et le climat étaient les thèmes qui dominaient jusqu’ici les discussions politiques, l’enseignement est désormais au cœur du débat électoral en Flandre. Lundi, une enquête de la KULeuven a révélé une forte baisse du niveau des écoles au nord du pays. Le président de la N-VA, Bart De Wever reproche à la coupole de l’enseignement catholique d’être à l’origine de cette situation. La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V) est quant à elle accusée d’être trop proche de cette même coupole. L’enseignement redevient ainsi un thème d'avant plan. Une coïncidence ?

"C’est en fait Lieven Boeve, le patron de l’enseignement catholique flamand, qui a lancé le débat, ouvrant ainsi la voie à la N-VA", remarque le politologue de la VUB, Dave Sinardet. Dans son nouvel ouvrage, paru la semaine dernière et intitulé "L’évangile selon Lieven Boeve", le directeur général du réseau des écoles catholiques avance notamment que les exigences imposées aux élèves du secondaire sont trop élevées.

Lundi, Bart De Wever a sorti l’artillerie, s’attaquant directement aux "pédagogues du divertissement" qui misent trop sur le bien-être de l’enfant au lieu de se concentrer sur l’acquisition des connaissances.

Un thème stratégique

D’après Dave Sinardet, cela fait un certain temps que le leader de la N-VA s’intéresse au thème de l’enseignement, "dans le cadre du conflit avec le réseau catholique". Au début de l’année scolaire, Bart De Wever avait même été jusqu’à revendiquer le poste ministériel de l’enseignement en faveur de son parti.

Selon le politologue de la VUB, le nouveau clash sur le sujet tombe plutôt bien. "Cela lui permet de remettre la pression sur Hilde Crevits, l’une des figures fortes du CD&V et une adversaire menaçante pour la N-VA en Flandre occidentale".

Une autre raison expliquerait pourquoi le débat sur l’enseignement est aujourd’hui favorable aux nationalistes flamands. "Les thèmes de la N-VA ont été négligés dernièrement", remarque Dave Sinardet. "La crise autour du Pacte de la migration est passé à l’arrière-plan, et l’image du parti dans les médias a été ternie par l’affaire des visas", rappelle-t-il.

Lien entre migration et enseignement

D’après Dave Sinardet, il existe par ailleurs un lien entre le débat sur l’enseignement et le discours autour de la migration et de l’intégration. "La N-VA s’oppose à trop d’égalisation dans l’enseignement. Un tel nivellement peut être la conséquence d’une adaptation aux élèves issus de l’immigration", explique-t-il.

Selon le politologue, il est toutefois difficile de savoir si le thème de l’enseignement sera éphémère au sein du débat électoral. "Il ne va certainement pas totalement disparaître, mais il est difficile de faire des prédictions. Ce genre de choses dépend des évènements à venir ou de certaines déclarations". Dave Sinardet rappelle ainsi qu’à la surprise générale, la crise de la dioxine avait provoqué un séisme politique en 1999, renvoyant les chrétiens-démocrates dans l’opposition, et projetant les écologistes au pouvoir.