Chargement lecteur vidéo ...

La minute du président : John Crombez, SP.A

Le 26 mai prochain, les Belges se rendront aux urnes dans le cadre des élections fédérales, régionales et européennes. En Flandre, 7 partis se disputent la voix des électeurs. La rédaction de VRT NWS a offert à chacun des présidents de parti la possibilité de convaincre les citoyens en 60 secondes. Une vidéo que vous trouverez ici sous-titrée en français. Nous vous proposons également ci-dessous l’éclairage de notre expert, Bart Verhulst.

"C’est bien connu, la couleur des socialistes est le rouge, et s’ils ne font pas attention, ce sera aussi la couleur de leur résultat électoral", prévient le journaliste politique de la VRT Bart Verhulst. "Le président du parti, John Crombez, tente d’inverser la tendance, ou du moins de la freiner avec un programme purement de gauche".

"John Crombez tente de coupler l’idée de base des socialistes, l’égalité des chances, au sentiment ressenti par beaucoup de gens, à savoir que le progrès ne profite pas à tout le monde. Une démarche logique pour un parti de gauche. Mais ce faisant, John Crombez admet aussi l’existence d’une amélioration. Il y a plus d’emploi, et plus de pouvoir d’achat, même si ça ne concerne pas tout le monde", remarque Bart Verhulst.

"Le 26 mai sera très certainement une lutte pour les socialistes flamands. Le parti se lance dans ce combat avec le soutien de têtes de listes jeunes et peu expérimentées. C’est évidemment un risque", analyse encore le journaliste de la VRT, "surtout quand on sait que dans les sondages, le SP.A ne se porte pas bien", précise-t-il, en se référant aux 9,2% d’intentions de vote.

"Au sein du Parlement, le SP.A a gagné des points grâce au dossier des F16 par exemple, mais il a également fait face à une concurrence à gauche, venant du PTB ou de Groen", souligne encore Bart Verhulst.

"En 2014, le SP.A avait obtenu 14% des voix. Actuellement, la latte se situe plutôt autour des 10%, et l’objectif serait de ne surtout pas passer en dessous. Qui sait, après les élections, le sauvetage du parti pourrait provenir de la N-VA. Les nationalistes flamands pourraient bien échanger le CD&V avec le SP.A, comme cela a été fait à Anvers", conclut Bart Verhulst.