Des bergers limbourgeois dans la rue pour protéger leurs moutons

Des bergers du nord du Limbourg sont descendus ce vendredi dans les rues avec leurs moutons, notamment à Houthalen-Helchteren (photo). Ils estiment ne pas être suffisamment couverts contre les risques liés à l’apparition de loups dans la région. Et ils réclament un soutien financier du ministre flamand de l'Agriculture, Koen Van den Heuvel.

Les éleveurs affirment que les autorités ne les rembourseront pas s'ils protègent leurs troupeaux contre les loups, tandis que les particuliers retoucheront 80% de leurs dépenses à cette fin. "Il est temps d'agir. Nous emmenons vendredi nos moutons aux prairies par les grandes routes, qu'il y ait ou non de la circulation", déclarait notamment le berger Johan Schouteden, qui réside à Houthalen-Helchteren.

Ce dernier estime que les autorités doivent lui rembourser 100% des investissements pour protéger ses bêtes, afin qu’il puisse encore concurrencer les bergers du reste de la Flandre, qui ne sont pas ennuyés par des loups.

Le cabinet du ministre flamand de l'Agriculture rétorque qu'il existe des subsides pour financer les mesures de protection contre les loups. Les particuliers peuvent récupérer 80% de leurs investissements, tandis que les professionnels peuvent demander des subsides supplémentaires. Les particuliers doivent s'adresser à l'Agentschap voor Natuur en Bos, tandis que les professionnels sont appelés à se tourner vers le département Agriculture.

D’après le cabinet du ministre Van den Heuvel, la demande d'augmenter le financement à hauteur de 80% pour les professionnels a donc été rencontrée et les éleveurs peuvent se voir rembourser 80% du montant investi pour la pose d'une barrière spécifique de protection contre les loups.

De plus, un soutien européen à hauteur de 15% pour une clôture classique est aussi applicable. "Ces subsides sont plus importants que dans les pays voisins. Le ministre compte donc sur la coopération et le soutien des éleveurs", soulignait son cabinet.