Le parti DierAnimal dépose 17 listes pour les élections du 26 mai

Le parti politique fondé fin 2017, présenté à la presse le 19 février 2018, et qui se présente comme "animaliste belge national, bilingue et unifié", a déposé 17 listes. Elles comprennent un total de 200 candidats, "tous au minimum végétariens ou végans", en vue de la triple échéance électorale du 26 mai.

DierAnimal ("dier" signifie ‘animal’ en néerlandais) va ainsi se présenter à Bruxelles (Collège francophone et néerlandophone), à Anvers (fédéral et Parlement flamand), dans le Brabant flamand (Parlement flamand), dans le Brabant wallon (Parlement wallon), dans la région du Centre (Parlement wallon), en Flandre occidentale (fédéral et parlement flamand), en Flandre orientale (Parlement flamand et à la Chambre), à Liège (fédéral et Parlement wallon), à Namur (fédéral et Parlement wallon) et à Tournai-Ath-Mouscron (Parlement wallon).

"Pour le niveau européen, n'ayant obtenu aucun soutien des parlementaires de la Chambre pour le Collège électoral francophone et néerlandophone, et ayant échoué de peu à récolter les deux fois 5.000 signatures nécessaires, nous ne participerons que pour le Collège électoral germanophone", explique la présidente de DierAnimal, Constance Adonis, citée dans un communiqué.

DierAnimal entend rassembler "celles et ceux qui veulent éliminer toute forme d'oppression et d'exploitation sur l'animal, l'humain et les ressources naturelles." Le parti dénonce "l'immobilisme des partis actuels sur la question animale", et rejette l'élevage industriel.