NICOLAS MAETERLINCK

Malines accueillera la première maison de transition pour détenus

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi des projets d'arrêtés royaux ouvrant la voie à l'ouverture de deux "maisons de transition" pour détenus en fin de peine. Le projet "Sterkhuis" a été retenu. Cette nouveauté se concrétisera dans les prochains mois, précisait ce samedi le ministre de la Justice Koen Geens.

Le projet-pilote débutera dans les faits le 1er septembre prochain, à Malines en province anversoise. "Sterkhuis", porté par G4S Care et l'organisation néerlandaise Exodus Nederland, doit permettre à une poignée de détenus (environ 15), spécialement sélectionnés, de connaître une fin de peine dans une petite structure, dabs le but d’une meilleure préparation à une réinsertion dans la société.

"Le projet à Malines se composera de deux maisons, situées l'une à côté de l'autre, où chaque détenu disposera d'une simple chambre mais vivra davantage en communauté. Un projet-pilote en Wallonie sera décidé prochainement", précisait le service de presse du ministre de la Justice samedi.

Ce vendredi, à l'issue du Conseil des ministres, le projet Sterkhuis était présenté comme prévoyant un site à Malines et un autre à Spa, avec deux concepts différents permettant une comparaison des approches.

Le projet-pilote - approuvé fin 2016 par le gouvernement fédéral dans le cadre du masterplan Prisons et internement - pour lequel un budget de 900.000 euros a été débloqué, durera un an. S'il est évalué positivement, il pourra être prolongé et étendu avec une centaine de places à travers le pays.