De Block : "Expliquer que cette pratique a cessé quand j’ai repris la compétence"

La ministre en charge de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block (Open VLD), confirme que l'ambassade américaine a demandé dans un courrier des explications sur les visas humanitaires que l'ancien Secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) a octroyés via des intermédiaires à 1.502 ressortissants syriens. "Nous allons expliquer aux Américains que cette pratique a cessé depuis que j'ai repris le département", réagit samedi après-midi Maggie De Block.

L’ancien Secrétaire d’Etat Theo Francken est sous le feu des critiques depuis qu'il est apparu, au début de l'année, que des intermédiaires ont délivré des visas humanitaires à 1.502 personnes. Une enquête de l'Office des étrangers a révélé que 121 Syriens sont actuellement introuvables, dont au moins 107 figuraient sur une liste de l'intermédiaire le plus connu dans cette affaire, Melikan Kucam (N-VA).

Dans un courrier envoyé au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), le gouvernement américain demande des éclaircissements. Cette missive est arrivée samedi matin, via les Affaires étrangères, au cabinet de la ministre en charge de l'Asile et de la Migration, précise Maggie De Block.

Le président Donald Trump n'est pas un partisan de la politique européenne d'immigration. Voir la Belgique avoir recours à un "système alternatif" pour des ressortissants syriens qui disparaissent ensuite des radars n'enchante pas les Américains. D'autant plus que la Belgique est l'un des 50 pays "privilégiés" dont la population ne doit pas acquérir de visa pour se rendre aux Etats-Unis.

La ministre De Block entend donc bien veiller à ce que les citoyens belges continuent à pouvoir voyager de manière simple vers les Etats-Unis. Elle veut notamment expliquer que la pratique reprochée à Theo Francken s’est arrêtée lorsqu’elle a repris ses compétences.