Les cas de burn-out continuent d’augmenter : "Les travailleurs sont soumis à trop de stress"

Le nombre de personnes qui sont absents de leur travail depuis plus d'un an en raison d'une affection mentale continue d'augmenter. Fin de 2017, ils étaient plus de 140 000, soit une augmentation de 39 % en cinq ans. Selon le professeur Roland Pepermans (VUB), l'augmentation est principalement due à des cas de burn-out et son impact sur la société est bien trop faible. En 2017, l'INAMI a versé près de deux milliards d'euros à des malades de longue durée souffrant de troubles mentaux.

Cette hausse intervient depuis un certain temps. Par rapport à 2010, l'augmentation est même de 85 %. Les dépenses de l'INAMI pour ce groupe de patients ont également presque doublé au cours des cinq dernières années, passant d'environ un milliard d'euros à près de deux milliards.

Pour Roland Pepermans, psychologue du travail et de l'organisation à la VUB, ce chiffre élevé n'est pas surprenant, mais inquiétant. "Ce chiffre est principalement dû au burn-out, un problème majeur sur le lieu de travail. Malgré les nombreuses tentatives de prévention, le nombre de cas augmente. On peut dire sans risque de se tromper que nous vivons dans une culture du stress, et d'autre part, il y a aussi l'attention accrue pour les problèmes psychologiques. Les coûts sociaux de l'épuisement professionnel sont énormes. Mais les conséquences d'un burn-out sont aussi dramatiques pour les personnes concernées, qui perdent souvent leur estime de soi.

"La cause principale du burn-out est la norme de performance au travail"

Roland Pepermans estime que la cause principale du burn-out est la norme de performance au travail, qui provoque de nombreux facteurs de stress. "Avec la numérisation du travail, nous constatons également que l'on exige de plus en plus de la part des employés. Dans la pratique, cela se traduit généralement par une augmentation de l'éventail des tâches à accomplir. Parfois, il s'agit de tâches qui sont à l'opposé les unes des autres, vous êtes gestionnaire pour l'un et en même temps, vous êtes subordonné dans un autre groupe".

Mais les entreprises doivent aussi prendre conscience qu'il n'est pas possible d'augmenter indéfiniment les efforts des employés. Il y a aussi une tendance au changement et à la restructuration permanente, principalement grâce au travail de nombreux consultants, qui ont peu ou pas de liens avec l'entreprise pour laquelle ils travaillent."

Selon le professeur Roland Pepermans, les facteurs de stress sur le lieu de travail doivent également être pris en compte.

Maggie De Block lance un site internet pour prévenir et détecter le burn-out

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) a lancé lundi une nouvelle campagne de prévention pour aider à détecter le burn-out et à en guérir. Le site internet stressburnout.belgique.be dispense des conseils et collecte des témoignages à l'attention des travailleurs comme des employeurs.

"L'objectif de la campagne est (...) de permettre d'orienter les gens vers les bonnes instances en vue d'obtenir du soutien", commente Maggie De Block. "Il faut parvenir à concilier d'une part les obligations et les facteurs de risque et, d'autre part, les ressources qui vous donnent de l'énergie. Le tout, c'est de trouver le bon équilibre."