ROBIN UTRECHT

Particules fines : dépassement du seuil d’information

Depuis dimanche, des concentrations élevées en particules fines sont enregistrées par les réseaux de mesures des trois Régions du pays. La moyenne glissante sur 24 heures est supérieure à 50 µg/m³ (seuil d'information) à Bruxelles et en Flandre. Le moyenne en Wallonie frôle les 50 µg/m³. Les concentrations devraient rester supérieures au seuil pour encore 24h, la phase d'information est dès lors activée, indique lundi la Cellule interrégionale de l'Environnement (Celine).

Ces hautes concentrations sont dues à la formation "d'aérosols secondaires inorganiques". Ceux-ci sont formés par les réactions entre les NOx (oxydes d'azote émis essentiellement par le trafic) et le NH3 (ammoniac, principalement dû à l'agriculture) dans les conditions météorologiques favorables du printemps.

Dans le détail, "la moyenne glissante 24 heures était à 10h00 de 76 µg/m³ en Flandre, 71 µg/m³ à Bruxelles et 48 µg/m³ en Wallonie". Si les concentrations devraient rester importantes dans les prochaines 24 heures, leur évolution pour la suite n'est pas encore claire, indique Celine.

L'inhalation de particules fines est source d'irritation et porte atteinte aux tissus pulmonaires. Les particules fines peuvent avoir des effets aussi bien à court qu'à long terme.

Les personnes souffrant de problèmes respiratoires ou les jeunes enfants doivent éviter les efforts physiques intenses. Si le seuil d’information est dépassé le seuil d’alerte, qui est plus dangereux n’a pas encore été atteint.